Lancement : 26 févr. 2020 | Mise à jour : 29 juin 2020

Combien de temps passent les Québécois âgés de 6 à 17 ans sur leurs appareils électroniques?

NETendances 2019 - La famille numérique
Mots-clés

Ils ont entre 6 et 17 ans et utilisent un, deux, parfois trois ou quatre appareils électroniques à la maison ou ailleurs. Doit-on s’étonner de constater que, parmi eux, plus du tiers (40 %) des jeunes du secondaire (13-17 ans) passent 11 heures ou plus par semaine devant un écran, dépassant ainsi le temps maximum recommandé par les experts.

L’enquête NETendances 2019 — La famille numérique, rendue publique aujourd’hui par le CEFRIO, dévoile ses données les plus récentes sur la présence des jeunes sur Internet, sur l’utilisation qu’ils font des différents appareils électroniques et sur l’encadrement parental entourant ce que font les jeunes sur Internet.

Téléchargez la publication

NETendances 2019 - La famille numérique

L’enquête NETendances du CEFRIO dresse depuis plus de 19 ans un portrait intégré et actualisé des grandes tendances en matière d’utilisation du Web et du numérique au Québec.

Utilisation des appareils électroniques

À l’instar de leurs parents, dont 98 % disposent d’une connexion Internet à la maison, les jeunes Québécois âgés de 6 à 17 ans sont en très grande majorité (96 %) des utilisateurs d’appareils électroniques. Ils ont la plupart du temps accès à plus d’un appareil électronique (72 %) et leurs préférences vont à la tablette électronique (66 %), à l’ordinateur de table ou portable (64 %), au téléphone intelligent (60 %) et à la console de jeu (58 %).

On observe que l’usage des appareils électroniques est plus important chez les jeunes âgés de 13 à 17 ans, alors qu’ils sont à l’école secondaire, comparativement aux plus jeunes du primaire, âgés de 6 à 12 ans. C’est surtout le cas du téléphone intelligent utilisé par 49 % des jeunes du primaire, comparativement à 75 % des jeunes du secondaire.


Claire Bourget, directrice principale, recherche marketing, CEFRIO

Qu'en est-il du temps passé sur Internet

L’écoute des vidéos – sur YouTube par exemple – est l’activité la plus pratiquée sur Internet par les jeunes. Selon leurs parents, 86 % des jeunes de 6 à 17 ans pratiquent cette activité. Les autres activités exercées par plus de la moitié des jeunes de ce groupe d’âge sont l’utilisation d’Internet dans un cadre scolaire (69 %) ; les jeux en ligne (60 %) ; la visite de sites Internet de nature éducative (59 %) ; le visionnement de séries ou de films sur Internet (58 %) ; la visite des sites Internet de divertissement (55 %) ; de même que l’écoute ou le téléchargement de musique sur Internet (52 %). Sauf pour la visite de sites Internet de nature éducative, les adolescents (13-17 ans) sont proportionnellement plus nombreux à pratiquer chacune de ces activités.

Les écarts les plus grands observés entre le groupe des jeunes de 6 à 12 ans et celui des 13 à 17 ans sont liés à des activités de communication, dont l’envoi de messages par texto. Pour cette activité, un écart de 38 points de pourcentage entre les deux groupes est observé.

Quant au temps passé sur des appareils électroniques ou à naviguer sur Internet, une majorité des jeunes de 6 à 17 ans (70 %) y consacre 10 heures ou moins par semaine. Toutefois, le portrait change lorsqu’on s’attarde aux statistiques qui concernent les 13 à 17 ans. Dans cette tranche d’âge, 40 % des jeunes passent 11 heures ou plus par semaine sur Internet et 26 % dépassent la durée maximale de deux heures par jour recommandée par les spécialistes.

Les experts sont inquiets

Selon les experts, le temps d’écran aurait un effet néfaste sur les habiletés langagières des enfants d’âge scolaire. Ils observent un lien avec une hausse marquée de la myopie, de la dépression et de l’anxiété chez ces jeunes.

Les experts recommandent un temps d’écran maximum de deux heures par jour ou de 14 heures par semaine pour les jeunes de 5 à 18 ans. Or, nos données indiquent que 26 % des jeunes de 13 à 17 ans, soit un jeune sur quatre, dépassent cette durée recommandée. Chez les plus jeunes de 6 à 12 ans, ils seraient 9 % à dépasser ce seuil.


Claire Bourget, directrice principale, recherche marketing, CEFRIO

Écart entre les garçons et les filles

Les comportements face à l’usage des appareils électroniques et les préférences pour l’un ou l’autre d’entre eux sont différents chez les filles et les garçons. En effet, les garçons sont relativement plus nombreux (79 %) que les filles (63 %) à utiliser plus d’un appareil électronique. L’écart se creuse surtout lorsqu’on compare l’utilisation de certains appareils. C’est le cas de la console de jeux utilisée par 75 % des garçons, comparativement à 41 % des filles. Dans une moindre mesure, les garçons font un plus grand usage de l’ordinateur de table ou portable (66 % des garçons et 60 % des filles) et de l’assistant vocal à la maison (18 % des garçons et 12 % des filles).

On observe également une différence entre les garçons et les filles sur la question du temps d’écran. En effet, 19 % des garçons utilisent Internet plus de 15 heures par semaine, comparativement à 13 % des filles.

Présence des jeunes sur Internet et le contrôle parental

Selon leurs parents, c’est près de la moitié des jeunes âgés de 6 à 17 ans qui possèdent une ou plusieurs adresses courriel (49 %). Quant à leur présence dans les médias sociaux, 39 % d’entre eux ont déjà leur propre page de profil sur un réseau social, comme Facebook, Instagram ou autre. Encore une fois, on constate que les jeunes âgés de 13 à 17 ans sont plus nombreux (82 %) que ceux âgés de 6 à 12 ans (42 %) à être présents sur Internet par l’un ou l’autre de ces moyens.

Autre fait notable, même si officiellement les enfants ne peuvent pas utiliser les médias sociaux avant 13 ans, cette pratique fait en sorte que 84 % des jeunes ont une empreinte numérique avant l’âge de 2 ans, et même 37 % avant même leur naissance. Le surpartage parental (sharenting), un phénomène en plein essor qui consiste à partager sur Internet des photos, des vidéos et des commentaires sur ses enfants, est la source de cette exposition précoce.

Au-delà de ce phénomène, 88 % des parents québécois d’enfants de 6 à 17 ans ont à la maison des règles pour encadrer le temps que leurs jeunes passent sur Internet ainsi que le choix des sites qu’ils visitent. Cet encadrement est encore plus présent auprès des plus jeunes enfants âgés de 6 à 12 ans (94 %).

Risque d’intimidation des jeunes sur Internet

Les résultats de l’enquête menée par le CEFRIO indiquent également que 44 % des parents québécois considèrent comme assez ou très probables les risques que leur enfant âgé de 6 à 17 ans soit victime d’intimidation sur Internet, que ce soit par des pairs ou des personnes inconnues. Dans le cas des filles, c’est 47 % de leurs parents qui considèrent les risques assez ou très probables, comparativement à 41 % des parents de garçons.

À propos de NETendances

L’enquête NETendances du CEFRIO dresse depuis 19 ans un portrait intégré et actualisé des grandes tendances en matière d’utilisation du Web et du numérique au Québec. L’enquête NETendances est réalisée grâce au soutien financier du Mouvement des caisses Desjardins, d’Hydro-Québec, de Services Québec (ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale), sans oublier la collaboration de BIP Recherche.

Projets reliés

Quel portrait numérique des adultes québécois dresser pour les régions administratives du Québec en 2019?

NETendances 2019 - Portrait numérique des régions du Québec

Comment se distinguent les comportements numériques par générations au Québec en 2019?

NETendances 2019 - Fiches générations

La mobilité et les nouvelles tendances en contexte de pandémie

NETendances2019 - La mobilité et les nouvelles tendances en contexte de pandémie

Partager