Lancement : 25 oct. 2018 | Mise à jour : 24 oct. 2018

Quel usage les Québécois font-ils des objets connectés pour la maison en 2018?

NETendances 2018 - La maison intelligente
Mots-clés

Les adultes québécois sont enthousiastes face au potentiel des objets connectés pour la maison

Bien que le taux d’adoption d’objets connectés pour la maison reste somme toutes limité chez l’ensemble des adultes québécois (24 %), la majorité d’entre eux (55 %) se montre enthousiaste devant leur potentiel, et 15 % comptent d’ailleurs en acheter au moins un dans la prochaine année ! Voilà quelques-uns des constats qui ressortent l'enquête NETendances 2018, La maison intelligente.

Téléchargez la publication

La maison intelligente : entre objets connectés et domotique

C’est une panoplie d’objets connectés qui sont utilisés par les adultes québécois dans leur foyer - que ce soit pour la surveillance et le contrôle, le divertissement, la gestion énergétique ou encore la santé. Parmi les appareils les plus populaires, on peut mentionner un système de caméra connecté (8 % des adultes québécois), un assistant vocal à domicile (7 %), un avertisseur de fumée intelligent (5 %) ou encore un drone ou un robot téléguidé (5 %) et des électroménagers connectés (4 %).

Pourquoi en faire l’acquisition ? Ce sont plusieurs facteurs qui motivent les adultes québécois à se procurer des objets connectés pour la maison, notamment, l’amélioration du confort et de la qualité de vie (52 %), un intérêt marqué à essayer de nouveaux produits technologiques (45 %) ou l’amélioration de l’expérience de divertissement (43 %).

Il est intéressant de noter que, parmi les utilisateurs actuels d'objets connectés à la maison, 24 % d'entre eux ont l’intention de s’en procurer au moins un autre dans la prochaine année. Comme quoi, essayer la domotique, c’est l’adopter ! D’ailleurs, 94 % des adultes québécois déjà détenteurs d’objets connectés pour la maison se disent satisfaits de leurs appareils.


Claire Bourget, directrice principale, recherche marketing, CEFRIO

De plus en plus d’utilisateurs intéressés

Actuellement, c’est 55 % des adultes québécois qui sont enthousiastes concernant le futur des technologies et des objets connectés comme partie intégrante dans la vie quotidienne. Les jeunes de 18 à 34 ans sont significativement plus nombreux à se dire enthousiastes (69 %).

Dans l’ensemble des adultes québécois, 15 % disent avoir l’intention d’acquérir au moins un appareil connecté pour la maison au cours des douze prochains mois, la majorité est constituée de nouveaux utilisateurs (62 %) - c’est-à-dire qu’ils ne détiennent aucun appareil intelligent pour la maison. « Dans les intentions d’achats formulées par ces futurs utilisateurs, on remarque que les assistants vocaux à domicile, tels Google Home et Amazon Echo, ou encore les systèmes de caméra connectés sont parmi les objets les plus prisés », poursuit Claire Bourget.

Des freins encore importants

Bien qu’une majorité d’adultes québécois se montre enthousiaste face au potentiel de ce type d’appareil, plusieurs freins persistent vis-à-vis ce type de solutions.

Au Québec, le principal frein des consommateurs à l’achat d’objets connectés pour la maison est la perception d’un manque d’utilité ou de pertinence. Ainsi, 71 % des adultes québécois ne détenant aucun objet connecté pour la maison identifient cela comme freins à l’achat de tels objets. Cela laisse croire que les compagnie qui fabriquent ou vendent ce type de produit aurait tout intérêt à mettre de l’avant leurs impacts positifs.

Par ailleurs, 40 % ont l’impression qu’ils n’en feraient pas un usage assez fréquent, 32 % sont préoccupés par la confidentialité et la sécurité de leurs données, et 28 % sont ralentis par leur prix.

À propos de NETendances 2018

L’enquête NETendances du CEFRIO dresse depuis plus de 18 ans un portrait intégré et actualisé des grandes tendances en matière d’utilisation du Web et du numérique au Québec. NETendances 2018 a été réalisé grâce au soutien financier de Mouvement des caisses Desjardins, d'Hydro-Québec, de Services Québec (ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale), sans oublier la collaboration de BIP Recherche.

Projets reliés

Quelle relation les aînés entretiennent-ils avec le numérique en 2018?

NETendances 2018 - Vieillir à l'ère numérique

Quel portrait numérique des adultes québécois dresser pour les régions administratives du Québec en 2017?

NETendances 2017 - Portrait numérique des régions du Québec

Comment se distinguent les comportements numériques par tranche d'âge au Québec en 2017?

NETendances 2017 - Fiches générations

Partager