Lancement : 26 mai 2020 | Mise à jour : 29 juin 2020

La mobilité et les nouvelles tendances en contexte de pandémie

NETendances2019 - La mobilité et les nouvelles tendances en contexte de pandémie
Mots-clés

Croissance fulgurante du taux d'adoption des appareils mobiles depuis 10 ans

Le taux d’adoption des appareils mobiles a connu une croissance fulgurante chez les adultes québécois au cours des dix dernières années et cette propension est sans doute fort utile aux Québécois pour traverser l’actuelle période de pandémie de COVID-19.

C’est le téléphone intelligent qui a connu la plus grande croissance au cours de la dernière décennie (de 13 % en 2009 à 77 % en 2019). La tablette électronique a aussi gagné en popularité au cours des dernières années, passant de 7 % d’utilisateurs en 2010 à 55 % en 2019.

Parmi les outils de communication en ligne utilisés pour communiquer avec la famille et les amis (message texte, messagerie intégrée aux réseaux sociaux, courriel, appel vidéo ou vidéoconférence, téléphonie sur Internet), les Québécois utilisent davantage les messages textes (65 %) et les messageries intégrées aux réseaux sociaux (54 %). Mais chez les détenteurs d’un téléphone intelligent, l’utilisation de ces outils grimpe respectivement à 78 % et 61 %.

Le confinement imposé à la majorité de la population en contexte de crise sanitaire met en évidence l’importance des progrès technologiques et de leur appropriation.

« Cette période difficile nous fait prendre conscience que l’évolution des comportements des Québécois en matière de mobilité au cours des dernières années a des répercussions positives. Les appareils mobiles dont ils disposent ont certainement facilité les communications avec leur entourage et aidé à conserver une certaine forme de vie sociale, tout en respectant des règles de distanciation physique », précise Claire Bourget, directrice principale, Recherche et marketing, au CEFRIO.

Téléchargez la publication

La mobilité et les nouvelles tendances en contexte de pandémir

Comportement des cyberacheteurs depuis le début de la crise du coronavirus

Si le pourcentage des adultes québécois ayant réalisé au moins un achat sur Internet est resté stable en 2019 (63 % comparativement à 64 % en 2018), 28 % des adultes utilisateurs d’Internet mentionnent avoir personnellement changé leurs habitudes d’achat en ligne depuis le début de la crise du coronavirus. Et si cette crise continue, 60 % de ces adultes ont l’intention de faire davantage des achats en ligne pour des produits de consommation courante au cours des prochaines semaines. Chez les adultes de 18 à 34 ans, ils sont même 74 % à partager cette intention.

Ces données récentes, obtenues entre le 25 et le 29 mars dernier, proviennent d’un sondage express réalisé par la firme BIP Recherche auprès d’un groupe représentatif d’adultes internautes. 

Il est aussi intéressant de noter que 79 % des adultes québécois interrogés ont l’intention de faire ces achats en ligne davantage auprès de commerces « locaux ».

Utilisation variée d’Internet pour magasiner

Ce ne sont que quelques-uns des résultats de cette enquête qui brosse le portrait de l’évolution de la mobilité et de l’adoption des appareils mobiles ainsi que des objets connectés, en plus de présenter les prévisions des prochaines tendances influencées par la pandémie.

Méthodologie

Pour réaliser le volet « Mobilité » de l’enquête NETendances 2019, nous avons utilisé des données provenant de 12 collectes réalisées de février 2019 à janvier 2020, au cours desquelles nous avons chaque fois interrogé 1 000 adultes québécois âgés de 18 ans et plus, par voie téléphonique (20 % de numéros mobiles et 80 % de numéros filaires).

Les résultats ont été pondérés en fonction du sexe, de l’âge, de la région et de la langue des répondants afin d’assurer la représentativité de l’ensemble des adultes québécois.

La marge d’erreur maximale, selon la proportion estimée, se situe à ± 3,10 % pour la base des adultes, à ± 3,54% pour la base des détenteurs de téléphone intelligent, et ce, 19 fois sur 20.

Aux fins du sondage, 16 régions administratives du Québec ont été regroupées en cinq grandes régions :

  • RMR de Montréal (Montréal, Laval, Lanaudière [RMR], les Laurentides [RMR] et la Montérégie [RMR]);
  • RMR de Québec (Québec [RMR] et la Chaudière-Appalaches [RMR]);
  • Est du Québec (le Bas-Saint-Laurent, le Saguenay–Lac-Saint-Jean, la Côte-Nord et la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine);
  • Centre du Québec (la Mauricie, l’Estrie, le Centre-du-Québec, Québec [hors RMR] et la Chaudière-Appalaches [hors RMR]);
  • Ouest du Québec (l’Outaouais, l’Abitibi-Témiscamingue, Lanaudière [hors RMR], les Laurentides [hors RMR] et la Montérégie [hors RMR]).

Projets reliés

Quel portrait numérique des adultes québécois dresser pour les régions administratives du Québec en 2019?

NETendances 2019 - Portrait numérique des régions du Québec

Comment se distinguent les comportements numériques par générations au Québec en 2019?

NETendances 2019 - Fiches générations

Pandémie de la COVID-19 : Télétravail et achats en ligne au Québec

NETendances2020 - Télétravail et achats en ligne au Québec en contexte de pandémie

Partager