Lancement : 14 déc. 2016 | Mise à jour : 16 août 2018

Quel usage les professionnels de la santé font-ils du numérique dans leur pratique?

Percées du numérique dans la pratique professionnelle en santé et relations humaines
Mots-clés

Le CEFRIO et le Conseil interprofessionnel du Québec ont mené à l’été 2016 une enquête sur les usages du numérique par les membres de douze ordres professionnels des domaines de la santé et des relations humaines. Les résultats ont permis de dresser un portrait de leur utilisation de différents appareils (ordinateurs, tablettes numériques, téléphones intelligents) dans leur pratique, de leur évaluation de leurs compétences à utiliser ces outils et des usages qu’ils en font pour rejoindre leur clientèle ou leurs collègues.

Ce rapport-synthèse présente les faits saillants des résultats de l’enquête. Certains choix ont été faits dans la présentation des données afin de mettre celles-ci en perspective et tirer les grands constats.

Cette enquête a été menée auprès des membres de 12 ordres professionnels des domaines de la santé et des relations humaines :

  • Conseillers et conseillères d’orientation
  • Diététistes
  • Ergothérapeutes
  • Infirmières et infirmiers
  • Inhalothérapeutes
  • Orthophonistes et audiologistes
  • Pharmaciens
  • Physiothérapeutes et T. R. P.
  • Psychoéducateur et psychoéducatrices
  • Psychologues
  • Technologistes médicaux
  • Travailleurs sociaux et thérapeutes conjugaux et familiaux

Téléchargez la publication

Percées du numérique dans la pratique professionnelle en santé et relations humaines

Portrait de l'utilisation de différents appareils (ordinateurs, tablettes numériques, téléphones intelligents) dans la pratique professionnelle en santé, de leur évaluation de leurs compétences à utiliser ces outils et des usages qu’ils en font pour rejoindre leur clientèle ou leurs collègues.

Utilisation timide du numérique

Les résultats démontrent que moins d’un professionnel sur trois reconnaît faire usage du numérique dans sa pratique. D’un autre côté, certaines actions comme la tenue de dossier et les communications avec les patients commencent à tirer profit du numérique.

 « Le potentiel de l’utilisation des technologies numériques est bel et bien réel, car cela permet d’améliorer et d‘accroître l’accès de la population aux soins de santé et aux services sociaux», déclare Jean-François Thuot, directeur général du Conseil interprofessionnel. « En ce sens, l’investissement de ressources de la part du gouvernement dans le développement de la télépratique est d’autant plus souhaitable », ajoute-t-il.

Bien que les Québécois soient de grands utilisateurs du numérique et des appareils mobiles dans leur vie personnelle, les résultats de cette enquête démontrent que cet usage ne fait que percer dans les pratiques professionnelles des membres des ordres consultés.


Jacqueline Dubé, présidente-directrice générale, CEFRIO

Entreprendre le virage numérique

Les résultats révèlent également un sentiment de compétence modeste de la part des professionnels dans l’utilisation des outils numériques. « Les professionnels désirent avoir plus de balises et de soutien de la part des ordres qui les supervisent », note M. Thuot. En 2015, le Conseil a d’ailleurs créé un groupe de travail sur la télépratique conjointement avec vingt ordres professionnels. « Les ordres professionnels travaillent au développement de ces balises », indique-t-il.

« Dans un Québec qui évolue vers une société numérique, les réseaux de la santé, des services sociaux et de l’éducation devront se doter des moyens pour entreprendre rapidement ce virage et transformer leurs façons de faire afin d’augmenter la quantité et améliorer la qualité des services publics », conclut Mme Dubé.

Projets reliés

Comment offrir un meilleur soutien à domicile aux patients en réadaptation?

MOvIT+

Comment soutenir la vie autonome des aînés?

Laboratoire d'aide numérique à la vie autonome (LANVA)

Comment mettre en place les bonnes pratiques en intervention à distance?

Intervention à distance par le numérique

Partager