RSS - CEFRIO Par ses projets de recherches et d'enquêtes, ses publications et sa veille stratégique, le CEFRIO contribue à l'avancement de la société numérique http://cefrio.qc.ca fr-FR Omniprésence du visionnement de contenus connectés chez les 12-25 ans <h4 style="text-align: center;" dir="ltr"><span>Premi&egrave;res donn&eacute;es qu&eacute;b&eacute;coises sur les habitudes de visionnement connect&eacute; des 12-25 ans</span></h4> <p style="text-align: justify;"><strong style="font-size: 1.4rem;"><br />Qu&eacute;bec, le 18 d&eacute;cembre 2017</strong><span style="font-size: 1.4rem;"> &ndash; Cette nouvelle enqu&ecirc;te du CEFRIO d&eacute;montre que les jeunes de 12 &agrave; 25 ans regardent beaucoup de contenus en ligne, que ce soit des &eacute;missions, des films, des s&eacute;ries, des vid&eacute;os ou des clips. <strong>Cette habitude fait partie int&eacute;grante de leur quotidien : </strong></span><strong><span style="font-size: 1.4rem;">57&nbsp;% des jeunes interrog&eacute;s visionnent du contenu connect&eacute; tous les jours et ils y consacrent encore plus de temps lors des fins de semaine</span></strong><span style="font-size: 1.4rem;"><strong>.</strong> Les r&eacute;sultats dressent le portrait d'une journ&eacute;e type sur Internet pour les 12-25 ans et analysent en d&eacute;tail leurs pr&eacute;f&eacute;rences d&rsquo;&eacute;coute de contenus sur le Web, autant pour ce qui est des appareils utilis&eacute;s que des types de contenus visionn&eacute;s, de leur langue, des recommandations d'amis et de l'environnement d'&eacute;coute. Tir&eacute;s d&rsquo;un sondage r&eacute;alis&eacute; via un panel Web, les r&eacute;sultats d&eacute;montrent que les habitudes de visionnement varient selon trois segments d&rsquo;&acirc;ge : les 12-15 ans, les 16-18 ans et les 19-25 ans.</span></p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Le visionnement connect&eacute; occupe une part importante du quotidien des 12-25 ans</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>En semaine, la moiti&eacute; des jeunes consacrent une heure et plus par jour &agrave; cette activit&eacute;, mais la fin de semaine, c&rsquo;est pr&egrave;s de 3 jeunes sur 4 (73 %) qui en font autant. En fin de semaine, les moments consacr&eacute;s au visionnement connect&eacute; sont r&eacute;partis &agrave; travers l'ensemble de la journ&eacute;e, alors qu'en semaine, ce sont 86 % des jeunes qui visionnent du contenu en ligne en soir&eacute;e, comparativement &agrave; seulement 56 % qui le font en soir&eacute;e durant la fin de semaine. Les donn&eacute;es d&eacute;montrent &eacute;galement que le visionnement connect&eacute; se fait surtout en solitaire et principalement &agrave; la maison.</span></p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Citation</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>&laquo; Cette enqu&ecirc;te confirme aussi que les jeunes ne font pas de distinction entre les diff&eacute;rents appareils auxquels ils ont acc&egrave;s. Ils &eacute;coutent des films, des &eacute;missions, des s&eacute;ries, des vid&eacute;os ou des clips au moment et &agrave; l&rsquo;endroit qu&rsquo;ils le souhaitent sur une multitude d'appareils num&eacute;riques &raquo; </span><span>souligne <strong>Claire Bourget, directrice principale de la recherche marketing au CEFRIO</strong></span><span>. &laquo;&nbsp;Producteurs et distributeurs de contenus vid&eacute;os doivent s&rsquo;adapter aux habitudes de visionnement de cette nouvelle client&egrave;le, qui sont bien diff&eacute;rentes de celles des </span><span>baby-boomers</span><span> par exemple &raquo;, </span><span>conclut-elle.</span></p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Le contenu francophone a sa place, mais l'offre semble &ecirc;tre insuffisante</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Le fran&ccedil;ais occupe une place importante chez les jeunes qui visionnent du contenu en ligne, mais surtout chez ceux &acirc;g&eacute;s de 12 &agrave; 15 ans, o&ugrave; 76 % d'entre eux disent regarder toujours ou la plupart du temps leur contenu en fran&ccedil;ais. En vieillissant, les jeunes Qu&eacute;b&eacute;cois tendent &agrave; &eacute;couter moins de contenu francophone (59 % chez les 16-18 ans et 49 % chez les 19-25 ans). Ainsi, si la majorit&eacute; des s&eacute;ries &eacute;cout&eacute;es &eacute;taient am&eacute;ricaines, sur les 127 s&eacute;ries nomm&eacute;es au cours de l&rsquo;enqu&ecirc;te, uniquement 18 % d&rsquo;entre elles &eacute;taient qu&eacute;b&eacute;coises. Au contraire des s&eacute;ries, les cha&icirc;nes de YouTubers les plus regard&eacute;es sont de langue fran&ccedil;aise et parmi celles-ci, deux YouTubers qu&eacute;b&eacute;cois se retrouvent dans le top 3. Au final, du c&ocirc;t&eacute; de l&rsquo;offre de contenus en fran&ccedil;ais, seulement 52 % des r&eacute;pondants trouvent que le choix de films, &eacute;missions, s&eacute;ries, vid&eacute;os ou clips, est suffisant.</span></p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Influence importante des amis dans le choix des contenus connect&eacute;s visionn&eacute;s</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Pour trouver du contenu &agrave; visionner sur le Web, plus de la moiti&eacute; (57 %) des jeunes interrog&eacute;s prennent en consid&eacute;ration des suggestions d&rsquo;amis qu&rsquo;ils fr&eacute;quentent ou des amis pr&eacute;sents sur les r&eacute;seaux sociaux comme Facebook (41 %). La quasi-totalit&eacute; d&rsquo;entre eux affirment d'ailleurs &ecirc;tre tr&egrave;s satisfaits des suggestions re&ccedil;ues par leurs pairs.</span></p> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Pour le visionnement en ligne, pr&egrave;s de la moiti&eacute; (47 %) des 12-15 ans utilisent la tablette num&eacute;rique tandis que les jeunes de 16 &agrave; 18 ans se tournent vers l&rsquo;ordinateur (portable ou de bureau) dans une proportion de 58 %, ou le t&eacute;l&eacute;phone intelligent (54 %). Les 19 &agrave; 25 ans optent aussi pour l&rsquo;ordinateur (79 %) ou le t&eacute;l&eacute;phone intelligent (48 %) pour visionner du contenu sur le Web.</span></p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Rapport complet &agrave; t&eacute;l&eacute;charger</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Les r&eacute;sultats d&eacute;taill&eacute;s, graphiques, tableaux et notes m&eacute;thodologiques peuvent &ecirc;tre consult&eacute;s en ligne : </span><a href="http://cefr.io/1225" target="_self"><span>http://cefr.io/1225</span></a><span>. </span><span>Le rapport liste &eacute;galement quelles sont les applications ou sites Web qu'utilisent les jeunes pour visionner du contenu connect&eacute;.</span></p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>&Agrave; propos de cette enqu&ecirc;te</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Cette enqu&ecirc;te a &eacute;t&eacute; r&eacute;alis&eacute;e en collaboration avec l&rsquo;&eacute;quipe de recherche &laquo; Jeunes et visionnement connect&eacute; &raquo; de l&rsquo;</span><a href="https://uqam.ca/"><span>UQAM</span></a><span> et de </span><a href="http://leger360.com/fr-ca/home"><span>L&eacute;ger Recherche</span></a><span>.</span></p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>&Agrave; propos du CEFRIO</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Organisme de recherche et d&rsquo;innovation, le CEFRIO accompagne les entreprises et les organisations dans la transformation de leurs processus et pratiques d'affaires par l&rsquo;appropriation du num&eacute;rique. Membre de </span><a href="http://www.quebecinnove.com/"><span>Qu&eacute;becInnove</span></a><span>, le CEFRIO est mandat&eacute; par le gouvernement du Qu&eacute;bec afin de contribuer &agrave; l'avancement de la soci&eacute;t&eacute; qu&eacute;b&eacute;coise par le num&eacute;rique. Il recherche, exp&eacute;rimente, enqu&ecirc;te et fait conna&icirc;tre les usages des technologies de l'information et des communications dans tous les volets de la soci&eacute;t&eacute;. Son action s'appuie sur une &eacute;quipe exp&eacute;riment&eacute;e, un r&eacute;seau de plus de </span><a href="/chercheurs/"><span>90 chercheurs associ&eacute;s et invit&eacute;s</span></a><span> ainsi que l'engagement de pr&egrave;s de </span><a href="/membres/devenez-membre/"><span>250 membres</span></a><span>. Son principal partenaire financier est le minist&egrave;re de l'&Eacute;conomie, de la Science et de l'Innovation.</span></p> <p style="text-align: center;" dir="ltr"><span>- 30-</span></p> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Source :</span><span> CEFRIO | </span><a><span>www.cefrio.qc.ca</span></a></p> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Renseignements :</span><span> Guillaume Ducharme | 418 929-0479 | </span><span><a href="mailto:guillaume.ducharme@cefrio.qc.ca">guillaume.ducharme@cefrio.qc.ca</a></span></p> <div style="text-align: justify;">&nbsp;</div> <p style="text-align: justify;"><span>&nbsp;</span></p> <div style="text-align: justify;"><span>&nbsp;</span></div> https://cefrio.qc.ca/salle-presse/communiques/omnipresence-du-visionnement-de-contenus-connectes-chez-les-12-25-ans/ Mon, 18 Dec 2017 10:19:23 -0500 Le CEFRIO se réjouit du dévoilement de la Stratégie numérique du gouvernement du Québec <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span><strong>Qu&eacute;bec, le 13 d&eacute;cembre 2017</strong> - </span><span>Organisme de recherche et d'innovation qui s'active depuis plus de 30 ans &agrave; faire cro&icirc;tre l'usage du num&eacute;rique au Qu&eacute;bec, le CEFRIO accueille tr&egrave;s favorablement le d&eacute;voilement ce matin de la premi&egrave;re Strat&eacute;gie num&eacute;rique du gouvernement du Qu&eacute;bec.&nbsp;&nbsp;</span></p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Citation</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>&laquo; Le CEFRIO salue l'engagement du gouvernement du Qu&eacute;bec qui, avec cette premi&egrave;re strat&eacute;gie num&eacute;rique, se dote d'une vision d'ensemble pour coordonner les actions de ses minist&egrave;res et organismes afin de faire du Qu&eacute;bec une soci&eacute;t&eacute; qui tire r&eacute;ellement et pleinement profit du num&eacute;rique &raquo;, <strong>souligne </strong></span><strong>Jacqueline Dub&eacute;, pr&eacute;sidente-directrice g&eacute;n&eacute;rale du CEFRIO</strong><span>. &laquo; Avec les plans d'action num&eacute;rique sectoriels, la Strat&eacute;gie num&eacute;rique du Qu&eacute;bec vise les principaux secteurs o&ugrave; l'adoption du num&eacute;rique doit s'acc&eacute;l&eacute;rer : au gouvernement ainsi qu'au sein des grands r&eacute;seaux de l'&eacute;ducation et de la sant&eacute;, dans les villes et r&eacute;gions ainsi que dans les entreprises, sans oublier de miser sur le d&eacute;veloppement des comp&eacute;tences num&eacute;riques. Le CEFRIO continuera de s'activer et d'accompagner le gouvernement dans l'atteinte de ses objectifs &raquo;, conclut-elle.</span></p> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>D&eacute;voil&eacute;e ce matin par le premier ministre M. Philippe Couillard et Mme Dominique Anglade, vice-premi&egrave;re ministre, ministre de l'&Eacute;conomie, de la Science et de l'Innovation et ministre responsable de la Strat&eacute;gie num&eacute;rique, en pr&eacute;sence de plusieurs ministres du gouvernement, cette strat&eacute;gie num&eacute;rique transversale repr&eacute;sente pour le gouvernement un projet de soci&eacute;t&eacute; qui met le num&eacute;rique et ses technologies au service du citoyen et de la collectivit&eacute;.</span></p> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Fruit d'une vaste concertation r&eacute;gionale aupr&egrave;s d'un tr&egrave;s grand nombre d'intervenants vari&eacute;s, citoyens et experts, repr&eacute;sentatifs des enjeux de la soci&eacute;t&eacute; sur les usages du num&eacute;rique, la Strat&eacute;gie num&eacute;rique du Qu&eacute;bec propose une vision structur&eacute;e et &agrave; long terme pour faire &eacute;voluer d&egrave;s aujourd'hui le Qu&eacute;bec vers une transformation soci&eacute;tale et num&eacute;rique r&eacute;ussie.</span></p> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Pour conna&icirc;tre les principes, orientations, conditions de succ&egrave;s et cibles de la Strat&eacute;gie num&eacute;rique du Qu&eacute;bec, visitez : </span><a href="http://economie.gouv.qc.ca/stratnumqc"><span>economie.gouv.qc.ca/stratnumqc</span></a><span>.</span></p> <p style="text-align: justify;"><span><span>&nbsp;</span></span></p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>&Agrave; propos du CEFRIO</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Organisme de recherche et d&rsquo;innovation, le CEFRIO accompagne les entreprises et les organisations dans la transformation de leurs processus et pratiques d'affaires par l&rsquo;appropriation du num&eacute;rique. Membre de Qu&eacute;becInnove, il est mandat&eacute; par le gouvernement du Qu&eacute;bec afin de contribuer &agrave; l'avancement de la soci&eacute;t&eacute; qu&eacute;b&eacute;coise par le num&eacute;rique. Il recherche, exp&eacute;rimente, enqu&ecirc;te et fait conna&icirc;tre les usages des technologies de l'information et des communications dans tous les volets de la soci&eacute;t&eacute;. Son action s'appuie sur une &eacute;quipe exp&eacute;riment&eacute;e, un r&eacute;seau de plus de 90 chercheurs associ&eacute;s et invit&eacute;s ainsi que l'engagement de plus de 250 membres. Son principal partenaire financier est le minist&egrave;re de l'&Eacute;conomie, de la Science et de l'Innovation.</span></p> <p style="text-align: center;" dir="ltr"><strong>- 30-</strong></p> <p style="text-align: justify;" dir="ltr">Source : CEFRIO | <a><span>www.cefrio.qc.ca<br /><br /></span></a><span style="font-size: 1.4rem;">Renseignements : </span><span style="font-size: 1.4rem;">Guillaume Ducharme | 418 929-0479 | <a href="mailto:guillaume.ducharme@cefrio.qc.ca" target="_blank">guillaume.ducharme@cefrio.qc.ca</a></span></p> <p style="text-align: justify;" dir="ltr">&nbsp;</p> <div><span>&nbsp;</span></div> https://cefrio.qc.ca/salle-presse/communiques/le-cefrio-se-rejouit-du-devoilement-de-la-strategie-numerique-du-gouvernement-du-quebec/ Wed, 13 Dec 2017 13:17:41 -0500 La Coalition Force 4.0 invite les acteurs socioéconomiques de la Capitale-Nationale à se mobiliser pour affronter les bouleversements de la transformation numérique <h4 style="text-align: center;"><strong>La Coalition Force 4.0 invite les acteurs socio&eacute;conomiques de la Capitale-Nationale &agrave; se mobiliser pour affronter les bouleversements de la transformation num&eacute;rique</strong><span style="font-size: 1.4rem;">&nbsp;<br /><br /></span></h4> <p><strong>Qu&eacute;bec, le 6 d&eacute;cembre 2017</strong> &ndash; Afin de se pr&eacute;parer aux grands bouleversements provoqu&eacute;s par la transformation num&eacute;rique sur l&rsquo;emploi et la formation, la<a href="http://force4-0.quebec/" target="_blank"> Coalition FORCE&nbsp;4.0</a> invite tous les acteurs socio&eacute;conomiques de la r&eacute;gion &agrave; se placer &laquo;&nbsp;en mode solution&nbsp;&raquo; lors du symposium &laquo;&nbsp;<em>Pr&eacute;venir le tsunami num&eacute;rique&nbsp;: un d&eacute;fi pour l&rsquo;emploi dans la Capitale-Nationale</em>&nbsp;&raquo;. Ce rendez-vous d&rsquo;envergure sera pr&eacute;sent&eacute; les 31 janvier et 1<sup>er</sup> f&eacute;vrier 2018 au Centre des congr&egrave;s de Qu&eacute;bec.</p> <p>&laquo;&nbsp;De grands bouleversements nous attendent. Rien de moins qu&rsquo;un &ldquo;tsunami num&eacute;rique&rdquo; se profile &agrave; l&rsquo;horizon&nbsp;et il importe de bien s&rsquo;y pr&eacute;parer. Ces changements peuvent se transformer en crise, mais ils peuvent aussi devenir une remarquable occasion &agrave; saisir pour notre r&eacute;gion&nbsp;&raquo;, <strong>indique Sophie D&rsquo;Amours, rectrice de l&rsquo;Universit&eacute; Laval et copr&eacute;sidente de l&rsquo;&eacute;v&eacute;nement.</strong></p> <p>Diverses &eacute;tudes pr&eacute;voient qu&rsquo;entre 30% et 60% des emplois actuels sont automatisables au moyen des technologies existantes ou &eacute;mergentes. Et les transformations induites par le num&eacute;rique touchent tous les secteurs de l&rsquo;&eacute;conomie. Il est donc imp&eacute;ratif pour la r&eacute;gion de se mobiliser afin de mieux comprendre les d&eacute;fis que posent ces mutations sur l&rsquo;emploi et la formation, et de faire &eacute;merger des fa&ccedil;ons d&rsquo;en tirer profit.</p> <p>&laquo;&nbsp;Certains secteurs font d&eacute;j&agrave; face &agrave; une p&eacute;nurie de travailleurs. Pour &eacute;viter de d&eacute;localiser les emplois, il faut redoubler d&rsquo;audace pour aller chercher plus de ressources, s&rsquo;assurer de conserver les employ&eacute;s existants. Qu&rsquo;on pense aux transports autonomes, aux objets connect&eacute;s ou aux plates-formes sp&eacute;cialis&eacute;es en partage, les nouvelles technologies bouleversent les mod&egrave;les d&rsquo;affaires. Il y a donc urgence de mettre en place les conditions qui nous permettront de r&eacute;duire le choc du num&eacute;rique et d&rsquo;en saisir tout le potentiel de d&eacute;veloppement &raquo;, fait valoir <strong>Jacques Topping, pr&eacute;sident du conseil d&rsquo;administration de la Chambre de commerce et d&rsquo;industrie de Qu&eacute;bec et copr&eacute;sident de l&rsquo;&eacute;v&eacute;nement.</strong></p> <p>Comment relever les d&eacute;fis soulev&eacute;s par le num&eacute;rique en emploi et formation dans la Capitale-Nationale? Comment s&rsquo;assurer que notre r&eacute;gion tire profit de ces transformations? Autant de questions sur lesquelles se pencheront les participants les 31 janvier et 1<sup>er</sup> f&eacute;vrier 2018.<span style="font-size: 1.4rem;">&nbsp;</span></p> <h4><strong>Une mobilisation d&rsquo;envergure</strong></h4> <p>Pr&egrave;s d&rsquo;une trentaine de conf&eacute;renciers et de pan&eacute;listes &ndash; chefs de file et experts de pointe issus des milieux des affaires, des services publics ou de la recherche et de la formation &ndash; viendront partager leur vision de ces enjeux d&rsquo;importance avec les quelque 300 participants attendus. Cette vaste mobilisation aidera la r&eacute;gion &agrave; tirer parti des occasions offertes par le num&eacute;rique.</p> <p>Parmi les intervenants : M. Daniel Boyer, pr&eacute;sident de la FTQ; Mme Marie-Claire Carr&egrave;re-Gee, pr&eacute;sidente du Conseil d&rsquo;orientation de l&rsquo;emploi de France; M. Guy Cormier, pr&eacute;sident et chef de la direction du Mouvement Desjardins; M. Pierre-Gabriel C&ocirc;t&eacute;, pr&eacute;sident-directeur g&eacute;n&eacute;ral d&rsquo;Investissement Qu&eacute;bec; M. Louis J. Duhamel, conseiller strat&eacute;gique chez Deloitte; Mme Christiane Germain, copr&eacute;sidente du Groupe Germain; M. Daniel Musyka, pr&eacute;sident du Conference Board du Canada; et M. Louis T&ecirc;tu, pr&eacute;sident-directeur g&eacute;n&eacute;ral de COVEO.<span style="font-size: 1.4rem;">&nbsp;</span></p> <p>Des t&ecirc;tes de file de la r&eacute;gion de la Capitale-Nationale viendront pour leur part animer les ateliers parall&egrave;les qui exploreront l&rsquo;impact du num&eacute;rique dans six secteurs clefs pour l&rsquo;&eacute;conomie&nbsp;: tourisme, manufacturier, sant&eacute;, finances, services publics et vente au d&eacute;tail.</p> <p>Enfin, au second jour du symposium, les participants &ndash; institutions coll&eacute;giales et universitaires, ainsi que les associations au premier chef &ndash; seront invit&eacute;s &agrave; prendre acte des pr&eacute;occupations &eacute;nonc&eacute;es la veille et &agrave; proposer des pistes d&rsquo;action concr&egrave;tes.<span style="font-size: 1.4rem;">&nbsp;</span></p> <p><strong>L&rsquo;inscription est offerte au co&ucirc;t de 150&nbsp;$ par personne, 50&nbsp;$ pour les &eacute;tudiants. Des forfaits pour les groupes sont &eacute;galement disponibles.</strong></p> <p><strong>Programmation d&eacute;taill&eacute;e et inscription en ligne&nbsp;: <a href="http://force4-0.quebec/" target="_blank">www.force4-0.quebec.</a></strong></p> <h4><strong>&Agrave; propos de la Coalition FORCE 4.0</strong>&nbsp;</h4> <p>Lanc&eacute;e en d&eacute;cembre 2016, la Coalition FORCE 4.0 est un regroupement de leaders et d&rsquo;organisations de la Capitale-Nationale visant &agrave; soutenir les innovants dans le but de favoriser le d&eacute;veloppement social, industriel, technologique et num&eacute;rique en facilitant l&rsquo;implantation en continu de solutions innovantes qui r&eacute;pondent aux d&eacute;fis soci&eacute;taux.</p> <p>&nbsp;</p> <p align="center">- 30 -</p> <p>&nbsp;</p> <p><strong>Source&nbsp;</strong>: Coalition FORCE&nbsp;4.0<span style="font-size: 1.4rem;">&nbsp;</span></p> <p><strong>Contacts pour entrevues<br /><br /></strong><span style="font-size: 1.4rem;">Andr&eacute;e-Anne Stewart<br /></span><span style="font-size: 1.4rem;">Relations m&eacute;dias<br /></span><span style="font-size: 1.4rem;">Direction des communications<br /></span><span style="font-size: 1.4rem;">Universit&eacute; Laval<br /></span><span style="font-size: 1.4rem;">418 656-3952<br /></span><span style="font-size: 1.4rem;">Cell. : 418 254-3141<br /></span><a style="font-size: 1.4rem;" href="mailto:andree-anne.stewart@dc.ulaval.ca">andree-anne.stewart@dc.ulaval.ca</a></p> <p>Sarah Vertefeuille<br /><span style="font-size: 1.4rem;">Agente de communication aux affaires publiques<br /></span><span style="font-size: 1.4rem;">Chambre de commerce et d'industrie de Qu&eacute;bec<br /></span><span style="font-size: 1.4rem;">418 692-0525<br /></span><span style="font-size: 1.4rem;">Cell.&nbsp;: 581&nbsp;995-3090<br /></span><a style="font-size: 1.4rem;" href="mailto:svertefeuille@cciquebec.ca">svertefeuille@cciquebec.ca</a></p> https://cefrio.qc.ca/salle-presse/communiques/la-coalition-force-4-0-invite-les-acteurs-socioeconomiques-de-la-capitale-nationale-a-se-mobiliser-pour-affronter-les-bouleversements-de-la-transformation-numerique/ Wed, 06 Dec 2017 10:57:49 -0500 Croissance continue des opérations bancaires en ligne et nouveaux modes de paiements <h4 style="text-align: center;" dir="ltr"><span>Croissance continue des op&eacute;rations bancaires en ligne </span><span><br class="kix-line-break" /></span><span>et nouveaux modes de paiements<br /><br /></span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><strong>Qu&eacute;bec, le 30 novembre 2017</strong><span><strong> -</strong> Les donn&eacute;es de l&rsquo;enqu&ecirc;te du CEFRIO d&eacute;montrent encore une fois que le nombre d&rsquo;adultes qu&eacute;b&eacute;cois qui r&eacute;alisent des op&eacute;rations bancaires en ligne ne cesse de progresser. </span><strong>Cette ann&eacute;e, 74 % d&rsquo;entre eux ont effectu&eacute; ce type d&rsquo;op&eacute;rations au cours du mois pr&eacute;c&eacute;dant l&rsquo;enqu&ecirc;te comparativement &agrave; 65 % en 2016</strong><span><strong> ce qui repr&eacute;sente une augmentation de 9 points de pourcentage.</strong> </span><span>Cette hausse est encore plus marqu&eacute;e chez les adultes &acirc;g&eacute;s de 25 &agrave; 34 ans (96 % vs 84 % en 2016), groupe d&rsquo;&acirc;ge utilisant le plus Internet pour faire ses op&eacute;rations bancaires. Les plus jeunes (18-24 ans) sont plus friands des modes de paiements comme la solution Flash, ou le paiement mobile via des applications comme Apple Pay ou Android Pay.</span></p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Citation</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span id="docs-internal-guid-423b6fc5-09a3-a7d9-794f-1a446fda52f4"><span>&laquo; Depuis quelques ann&eacute;es, on observe de nouvelles tendances dans le domaine financier : </span><span>le paiement et le d&eacute;p&ocirc;t mobile, les agents virtuels (</span><span>chatbots</span><span>)</span><span>et la monnaie virtuelle</span><span>. M&ecirc;me si la majorit&eacute; des adultes utilisent Internet r&eacute;guli&egrave;rement, </span><span>seulement 29 % d&rsquo;entre eux ont d&eacute;j&agrave; entendu parler des agents virtuels.</span><span>Le concept est d'ailleurs encore peu utilis&eacute; par les institutions financi&egrave;res pour le march&eacute; qu&eacute;b&eacute;cois. </span><span>&raquo;</span><span> &laquo; </span><span>Et, m&ecirc;me si plus de la majorit&eacute; des Qu&eacute;b&eacute;cois (55 %) disent avoir entendu parler de la monnaie virtuelle, seule une personne sur dix se dit int&eacute;ress&eacute;e &agrave; l&rsquo;utiliser pour faire des achats en ligne.&nbsp;&raquo; </span><strong>souligne Claire Bourget, directrice principale de la recherche marketing au CEFRIO.</strong></span></p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Utilisation du mobile dans les op&eacute;rations bancaires</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Actuellement, </span><strong>60 % des d&eacute;tenteurs de t&eacute;l&eacute;phones intelligents utilisent leur appareil pour acc&eacute;der &agrave; leur compte bancaire. </strong><span>Ce taux est significativement plus &eacute;lev&eacute; chez les 18-24 ans (81 %) et les 25-34 ans (72&nbsp;%). Ce dernier segment de la population utilise aussi plus fr&eacute;quemment le d&eacute;p&ocirc;t mobile avec photo en utilisant l&rsquo;application d&eacute;velopp&eacute;e par les institutions </span><span>(28 % alors que la proportion est de 19 % chez l&rsquo;ensemble des d&eacute;tenteurs d&rsquo;un t&eacute;l&eacute;phone intelligent).</span></p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Nouveaux modes de paiements : Flash et mobile</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><strong><span style="font-size: 1.4rem;">La majorit&eacute; des adultes qu&eacute;b&eacute;cois (77 %) a d&eacute;j&agrave; entendu parler de la solution de paiement Flash</span></strong><span style="font-size: 1.4rem;"> (paiement par d&eacute;bit ou cr&eacute;dit en tenant la carte devant le lecteur) et pr&egrave;s de la moiti&eacute; l&rsquo;a utilis&eacute; au cours de la derni&egrave;re ann&eacute;e (46 %). Les hommes, les les personnes les plus scolaris&eacute;es et celles ayant un revenu familial sup&eacute;rieur &agrave; 80 000 $ sont plus nombreux &agrave; conna&icirc;tre ce mode de paiement, mais &eacute;galement &agrave; l&rsquo;utiliser. On observe sensiblement le m&ecirc;me profil d&rsquo;utilisateurs en ce qui concerne les applications mobiles comme Apple Pay ou Android Pay. Le taux d&rsquo;adoption est toutefois nettement inf&eacute;rieur (5 %).</span></p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Achat d&rsquo;assurances auto et habitation : le t&eacute;l&eacute;phone demeure le premier r&eacute;flexe</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Parmi les r&eacute;pondants qui ont magasin&eacute; une assurance auto ou habitation au cours des douze derniers mois, </span><strong>37 % ont fait faire une demande de soumission par Internet. </strong><span>De plus, l&rsquo;enqu&ecirc;te d&eacute;montre </span><span>que <strong>plus de la majorit&eacute; (53 %)</strong> </span><span>des adultes qu&eacute;b&eacute;cois qui ont fait une soumission ont utilis&eacute; un site Internet qui permet de comparer les prix de diff&eacute;rents assureurs. Cependant, chez les personnes responsables des assurances au sein de leur foyer, </span><span>67 % ont encore comme premier r&eacute;flexe de t&eacute;l&eacute;phoner &agrave; leur compagnie</span><span> pour obtenir une soumission.</span></p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Autres donn&eacute;es</span></h4> <ul style="text-align: justify;"> <li>17 % des adultes qu&eacute;b&eacute;cois <strong>seraient int&eacute;ress&eacute;s &agrave; faire affaire avec une institution financi&egrave;re sans r&eacute;seau de succursales</strong>,<span style="color: #3d3b3d; font-size: 1.4rem;"> qui pourrait les assister &agrave; distance par t&eacute;l&eacute;phone ou Internet pour les op&eacute;rations bancaires courantes.</span></li> <li>69 % des adultes qu&eacute;b&eacute;cois <span style="color: #3d3b3d; font-size: 1.4rem;"><strong>font plus confiance aux sites Web des institutions financi&egrave;res</strong> </span><span style="color: #3d3b3d; font-size: 1.4rem;">qu&rsquo;aux autres sites Web transactionnels.</span></li> <li dir="ltr"> <p dir="ltr"><span>25 % des internautes </span><strong>estiment &ecirc;tre tr&egrave;s habiles </strong><span>pour faire l&rsquo;acquisition de produits ou services financiers en ligne.</span></p> </li> </ul> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Lien connexe :</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><strong>Les r&eacute;sultats d&eacute;taill&eacute;s, graphiques, tableaux et notes m&eacute;thodologiques peuvent &ecirc;tre consult&eacute;s en ligne&nbsp;: <a href="http://cefr.io/v8n3" target="_blank">http://cefr.io/v8n3</a></strong></p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>&Agrave; propos de NETendances 2017</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>L&rsquo;enqu&ecirc;te NETendances du CEFRIO dresse depuis plus de 17 ans un portrait int&eacute;gr&eacute; et actualis&eacute; des grandes tendances en mati&egrave;re d&rsquo;utilisation d&rsquo;Internet et du num&eacute;rique au Qu&eacute;bec. NETendances 2017 a &eacute;t&eacute; r&eacute;alis&eacute; gr&acirc;ce au soutien financier du </span><a href="https://www.desjardins.com/a-propos/relations-investisseurs/rapports-annuels-trimestriels/mouvement-caisses-desjardins/"><span>Mouvement des caisses Desjardins</span></a><span>, de </span><a href="http://www.videotron.com/residentiel/distinctions"><span>Vid&eacute;otron</span></a><span>, du </span><a href="http://www.mess.gouv.qc.ca/"><span>minist&egrave;re du Travail, de l&rsquo;Emploi et de la Solidarit&eacute; sociale</span></a><span>, sans oublier la collaboration de </span><a href="http://www.bip-sondage.com/"><span>BIP &ndash; Bureau d'intervieweurs professionnels</span></a><span> pour la collecte de donn&eacute;es.</span></p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>&Agrave; propos du CEFRIO</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Organisme de recherche et d&rsquo;innovation, le CEFRIO accompagne les entreprises et les organisations dans la transformation de leurs processus et pratiques d'affaires par l&rsquo;appropriation du num&eacute;rique. Membre de </span><a href="http://www.quebecinnove.com/"><span>Qu&eacute;becInnove</span></a><span>, le CEFRIO est mandat&eacute; par le gouvernement du Qu&eacute;bec afin de contribuer &agrave; l'avancement de la soci&eacute;t&eacute; qu&eacute;b&eacute;coise par le num&eacute;rique. Il recherche, exp&eacute;rimente, enqu&ecirc;te et fait conna&icirc;tre les usages des technologies de l'information et des communications dans tous les volets de la soci&eacute;t&eacute;. Son action s'appuie sur une &eacute;quipe exp&eacute;riment&eacute;e, un r&eacute;seau de plus de </span><a href="/chercheurs/"><span>90 chercheurs associ&eacute;s et invit&eacute;s</span></a><span> ainsi que l'engagement de pr&egrave;s de </span><a href="/membres/devenez-membre/"><span>250 membres</span></a><span>. Son principal partenaire financier est le minist&egrave;re de l'&Eacute;conomie, de la Science et de l'Innovation.</span></p> <p style="text-align: center;" dir="ltr"><strong>- 30-</strong></p> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Source :</span><span> CEFRIO | </span><a><span>www.cefrio.qc.ca<br /><br /></span></a><span style="font-size: 1.4rem;">Renseignements :</span><span style="font-size: 1.4rem;"> Guillaume Ducharme | 418 929-0479 | </span><span style="font-size: 1.4rem;"><a href="mailto:guillaume.ducharme@cefrio.qc.ca">guillaume.ducharme@cefrio.qc.ca</a></span></p> https://cefrio.qc.ca/salle-presse/communiques/croissance-continue-des-operations-bancaires-en-ligne-et-nouveaux-modes-de-paiements/ Thu, 30 Nov 2017 07:39:38 -0500 Économie de partage : des usages toujours embryonnaires <h2 dir="ltr"><span>Communiqu&eacute; de presse</span></h2> <h4 style="text-align: center;" dir="ltr"><span>Nouveau volet de l&rsquo;enqu&ecirc;te NETendances 2017 sur l&rsquo;&eacute;conomie de partage au Qu&eacute;bec<br /><br /></span></h4> <p dir="ltr"><strong>Qu&eacute;bec, le 25 octobre &nbsp;2017</strong><span> &ndash; Cette &eacute;dition de NETendances d&eacute;voile que l&rsquo;usage des services de l'&eacute;conomie de partage demeure embryonnaire au Qu&eacute;bec. <strong>L'usage des services de partage de voiture est celui qui est le plus r&eacute;pandu, mais il varie grandement selon l&rsquo;&acirc;ge des utilisateurs.</strong></span><strong> Les adultes &acirc;g&eacute;s de 18 &agrave; 24 ans se servent des services tels UBER, Communauto et Amigo Express dans une proportion nettement sup&eacute;rieure (23%)&nbsp;aux autres segments de la population.</strong><span> Les r&eacute;sidents de la r&eacute;gion m&eacute;tropolitaine de Montr&eacute;al (10%), les non-francophones (13%), les personnes de sexe masculin (9%) et les plus scolaris&eacute;s (11%) ont tendance &agrave; employer davantage les services de partage de voiture. La majorit&eacute; (59&nbsp;%) des utilisateurs ont mentionn&eacute; avoir utilis&eacute; ses services entre 1 et 3 fois au cours de la derni&egrave;re ann&eacute;e, 14 % de 3 &agrave; 10 fois et 27 % &nbsp;plus de 10 fois.</span></p> <h4 dir="ltr"><span>Citation</span></h4> <p dir="ltr"><span id="docs-internal-guid-35604af0-539c-c251-a354-4a6ab6ddce1f"><span>&laquo; Le service d&rsquo;&eacute;conomie de partage le plus populaire dans la province sont les services de partage de voiture qui ont &eacute;t&eacute; utilis&eacute;s par 7 % des Qu&eacute;b&eacute;cois lors de la derni&egrave;re ann&eacute;e &raquo;. </span><strong>affirme Claire Bourget, directrice principale de la recherche marketing au CEFRIO.</strong></span></p> <h4 dir="ltr"><span>Partage de biens entre particuliers</span></h4> <p style="text-align: left;" dir="ltr"><span><strong>Une autre tendance en &eacute;conomie de partage est celle de la location de biens personnels chez les particuliers</strong>.&nbsp;</span><span>Au cours de la derni&egrave;re ann&eacute;e, </span><span>3 % des Qu&eacute;b&eacute;cois seulement ont offert en location de courte dur&eacute;e</span><span> des biens personnels comme un appartement, une voiture, des appareils &eacute;lectriques ou encore des outils. </span><span>Cette proportion double chez les adultes &acirc;g&eacute;s de 35 &agrave; 44 ans (6%).</span><span> Les hommes (5 %), ceux ayant un revenu familial sup&eacute;rieur (7 %) et ceux &eacute;tant plus scolaris&eacute;s (6 %), sont plus nombreux &agrave; avoir propos&eacute; leurs biens personnels en location.</span></p> <h4><span><span id="docs-internal-guid-db20bf26-50b2-d435-7a97-1909aceee345"><span>Sociofinancement</span></span></span></h4> <p><span><span id="docs-internal-guid-db20bf26-50b2-d435-7a97-1909aceee345"><span>L&rsquo;utilisation des plateformes de sociofinancement a &eacute;galement &eacute;t&eacute; scrut&eacute;e par l'enqu&ecirc;te NETendances. Les 25 &agrave; 44 ans (40% chez les 25 &agrave; 34 ans et 32% chez les 35 &agrave; 44 ans), les hommes (32%), les personnes les plus scolaris&eacute;es (37%), ayant un revenu familial sup&eacute;rieur (38%) et r&eacute;sidant dans les r&eacute;gions de Qu&eacute;bec (34%) et Montr&eacute;al (27%), sont plus nombreux &agrave; conna&icirc;tre et &agrave; participer &agrave; ces plateformes.</span><strong> Parmi les plus populaires, mentionnons Kickstarter qui compte pr&egrave;s de 14 millions de contributeurs</strong><span><strong> partout dans le monde et qui est aussi la plus connue chez les adultes qu&eacute;b&eacute;cois puisqu&rsquo;un adulte sur 5 ( 19&nbsp;%) la conna&icirc;t.</strong> Viennent ensuite les plateformes</span><span> Indiegogo et la Ruche (8 %) et Ulule (4%)</span><span>. Parmi les adultes qu&eacute;b&eacute;cois qui connaissent des plateformes de sociofinancement, seul 11 % d&rsquo;entres-eux mentionnent y avoir concr&eacute;tis&eacute; le financement d&rsquo;un projet. Pour l&rsquo;ensemble de la population, cette proportion est de 3 %.</span></span></span></p> <h4 dir="ltr"><span>Lien connexe :</span></h4> <p dir="ltr">Les r&eacute;sultats d&eacute;taill&eacute;s, graphiques, tableaux et notes m&eacute;thodologiques peuvent &ecirc;tre consult&eacute;s en ligne : <strong><a href="http://cefr.io/v8n2" target="_blank">http://cefr.io/v8n2</a></strong></p> <h4 dir="ltr"><span>&Agrave; propos de NETendances 2017</span></h4> <p dir="ltr"><span>L&rsquo;enqu&ecirc;te NETendances du CEFRIO dresse depuis plus de 17 ans un portrait int&eacute;gr&eacute; et actualis&eacute; des grandes tendances en mati&egrave;re d&rsquo;utilisation d&rsquo;Internet et du num&eacute;rique au Qu&eacute;bec. NETendances 2017 a &eacute;t&eacute; r&eacute;alis&eacute; gr&acirc;ce au soutien financier du </span><a href="https://www.desjardins.com/a-propos/relations-investisseurs/rapports-annuels-trimestriels/mouvement-caisses-desjardins/"><span>Mouvement des caisses Desjardins</span></a><span>, de </span><a href="http://www.videotron.com/residentiel/distinctions"><span>Vid&eacute;otron</span></a><span>, du </span><a href="http://www.mess.gouv.qc.ca/"><span>minist&egrave;re du Travail, de l&rsquo;Emploi et de la Solidarit&eacute; sociale</span></a><span>, sans oublier la collaboration de </span><a href="http://www.bip-sondage.com/"><span>BIP &ndash; Bureau d'intervieweurs professionnels</span></a><span> pour la collecte de donn&eacute;es.</span></p> <h4 dir="ltr"><span>&Agrave; propos du CEFRIO</span></h4> <p dir="ltr"><span>Organisme de recherche et d&rsquo;innovation, le CEFRIO accompagne les entreprises et les organisations dans la transformation de leurs processus et pratiques d'affaires par l&rsquo;appropriation du num&eacute;rique. Membre de </span><a href="http://www.quebecinnove.com/"><span>Qu&eacute;becInnove</span></a><span>, le CEFRIO est mandat&eacute; par le gouvernement du Qu&eacute;bec afin de contribuer &agrave; l'avancement de la soci&eacute;t&eacute; qu&eacute;b&eacute;coise par le num&eacute;rique. Il recherche, exp&eacute;rimente, enqu&ecirc;te et fait conna&icirc;tre les usages des technologies de l'information et des communications dans tous les volets de la soci&eacute;t&eacute;. Son action s'appuie sur une &eacute;quipe exp&eacute;riment&eacute;e, un r&eacute;seau de plus de </span><a href="/chercheurs/"><span>90 chercheurs associ&eacute;s et invit&eacute;s</span></a><span> ainsi que l'engagement de pr&egrave;s de </span><a href="/membres/devenez-membre/"><span>250 membres</span></a><span>. Son principal partenaire financier est le minist&egrave;re de l'&Eacute;conomie, de la Science et de l'Innovation.</span></p> <p style="text-align: center;" dir="ltr"><span>- 30-</span></p> <p dir="ltr"><span>Source :</span><span> CEFRIO | </span><a><span>www.cefrio.qc.ca</span></a></p> <p><span id="docs-internal-guid-35604af0-4aa2-04dc-0657-3fa1a868d6b1"><span>Renseignements :</span><span> Guillaume Ducharme | 418 929-0479 | </span><a href="mailto:guillaume.ducharme@cefrio.qc.ca"><span>guillaume.ducharme@cefrio.qc.ca</span></a></span></p> https://cefrio.qc.ca/salle-presse/communiques/economie-de-partage-des-usages-toujours-embryonnaires/ Wed, 25 Oct 2017 14:00:41 -0400 Croissance importante de la popularité des services payants de visionnement en ligne tels que Netflix et Club Illico <h4 dir="ltr">Nouveau volet de l&rsquo;enqu&ecirc;te NETendances 2017 dressant le portrait num&eacute;rique des foyers qu&eacute;b&eacute;cois</h4> <h4 dir="ltr"><span>&nbsp;</span></h4> <p dir="ltr"><strong>Qu&eacute;bec, le 3 octobre 2017</strong><span> &ndash; Au Qu&eacute;bec, plus de la moiti&eacute; (53&nbsp;%) des foyers connect&eacute;s &agrave; Internet sont d&eacute;sormais abonn&eacute;s &agrave; un service payant de visionnement en ligne de films, &eacute;missions ou s&eacute;ries sur le Web, </span><strong>une augmentation de 13 % par rapport &agrave; 2016</strong><span>. Les foyers avec enfants et ceux ayant un revenu sup&eacute;rieur sont plus nombreux &agrave; souscrire &agrave; un tel abonnement.</span><span>Cette croissance est attribuable essentiellement &agrave; Netflix, mais &eacute;galement &agrave; Club Illico, qui comptent tous deux plus d&rsquo;abonn&eacute;s qu&rsquo;en 2016. <strong>Ainsi, au Qu&eacute;bec, </strong></span><strong>les plateformes les plus populaires sont Netflix (33 % des foyers qu&eacute;b&eacute;cois branch&eacute;s y sont abonn&eacute;s), Club Illico (19 %) et Extra Tou.tv (4%). C'est ce que r&eacute;v&egrave;lent les donn&eacute;es du premier volet de l'enqu&ecirc;te NETendances 2017 du CEFRIO qui dresse le portrait num&eacute;rique des foyers qu&eacute;b&eacute;cois.</strong></p> <h4 dir="ltr"><span>Citation</span></h4> <p dir="ltr"><span>&laquo; La forte progression des abonnements aux services payants de visionnement en ligne vient chambouler les habitudes d&rsquo;&eacute;coute et de consommation t&eacute;l&eacute;visuelle ou cin&eacute;matographique des Qu&eacute;b&eacute;cois &raquo;, </span><strong>affirme Claire Bourget, directrice principale de la recherche marketing au CEFRIO</strong><span>. &laquo; Nos donn&eacute;es d&eacute;montrent &eacute;galement que plusieurs appareils servent &agrave; afficher sur le t&eacute;l&eacute;viseur du contenu vid&eacute;o provenant d'Internet, qu'il requiert un abonnement ou non &raquo;, conclut-elle.</span></p> <p dir="ltr"><span>Malgr&eacute; la popularit&eacute; grandissante des services d'abonnements de visionnement en ligne, <strong>la grande majorit&eacute; des foyers qu&eacute;b&eacute;cois souscrivent encore &agrave; un service de t&eacute;l&eacute;vision (84 %), que ce soit par c&acirc;ble, fibre ou satellite.</strong> Une faible proportion d'entre eux (15 %) pr&eacute;voient annuler leur abonnement au cours des 12 prochains mois, alors que 12 % d'entre eux pr&eacute;voient modifier leur abonnement en r&eacute;duisant le nombre de cha&icirc;nes.</span></p> <p dir="ltr"><span><strong>Plus de la moiti&eacute; (52 %) des foyers branch&eacute;s utilisent leur t&eacute;l&eacute;viseur pour y consulter du contenu provenant d&rsquo;Internet.</strong> Ceux-ci le font &agrave; l'aide des consoles de jeu (27&nbsp;%), ordinateurs (26&nbsp;%), tablettes et t&eacute;l&eacute;phones intelligents (15&nbsp;%), alors que les lecteurs multim&eacute;dia en continu sont moins r&eacute;pandus (10&nbsp;%). Par contre, il y a plus de foyers d&eacute;tenteurs de lecteur multim&eacute;dia qu&rsquo;en 2016 (augmentation de 4 % du nombre de foyers d&eacute;tenant ce type d&rsquo;appareil).</span></p> <p dir="ltr"><span>Ce volet de l'enqu&ecirc;te NETendances 2017 r&eacute;v&egrave;le &eacute;galement que le taux d&rsquo;adoption des appareils reli&eacute;s au concept de maison connect&eacute;e demeure faible au Qu&eacute;bec. Ces appareils permettant de contr&ocirc;ler diff&eacute;rentes composantes du foyer, tel que les syst&egrave;mes de cam&eacute;ra (5 %), de thermostat (3 %) ou d&rsquo;&eacute;clairage (3 %) connect&eacute;s rejoignent une minorit&eacute; de foyers.</span></p> <h4 dir="ltr"><span>Autres faits saillants du portrait num&eacute;rique des foyers qu&eacute;b&eacute;cois</span></h4> <ul> <li dir="ltr"> <p dir="ltr"><span>9 foyers qu&eacute;b&eacute;cois sur 10 sont connect&eacute;s &agrave; Internet, ce qui repr&eacute;sente une progression de 18&nbsp;% depuis 2007. De ce nombre, 91 % sont dot&eacute;s du r&eacute;seau Wi-Fi et 66 % ont une connexion avec un forfait illimit&eacute;. De plus, les foyers qu&eacute;b&eacute;cois sont de plus en plus nombreux &agrave; poss&eacute;der un t&eacute;l&eacute;viseur intelligent (86 %) et un lecteur multim&eacute;dia en continu (18 %). </span></p> </li> <li dir="ltr"> <p dir="ltr"><span>6 d&eacute;tenteurs de t&eacute;l&eacute;phone intelligent sur 10 utilisent r&eacute;guli&egrave;rement des r&eacute;seaux Wi-Fi lorsqu&rsquo;ils sont &agrave; l&rsquo;ext&eacute;rieur de leur domicile.</span></p> </li> <li dir="ltr"> <p dir="ltr"><span>M&ecirc;me si l&rsquo;on observe une stabilit&eacute; dans l&rsquo;adoption ou dans l&rsquo;intention d&rsquo;achat d&rsquo;appareils mobiles, les deux tiers des d&eacute;tenteurs de t&eacute;l&eacute;phone intelligent disent d&eacute;sormais utiliser leur appareil plusieurs fois par jour pour naviguer sur Internet, </span><span>une croissance de 13 % </span><span>par rapport &agrave; l&rsquo;ann&eacute;e derni&egrave;re.</span></p> </li> </ul> <h4 dir="ltr"><span>Lien connexe :</span></h4> <p dir="ltr"><span>Les r&eacute;sultats d&eacute;taill&eacute;s, graphiques, tableaux et notes m&eacute;thodologiques peuvent &ecirc;tre consult&eacute;s en ligne :</span><a href="http://cefr.io/v8n1"><span>http://cefr.io/v8n1</span><span><br class="kix-line-break" /></span></a></p> <h4 dir="ltr"><span>&Agrave; propos de NETendances 2017</span></h4> <p dir="ltr"><span>L&rsquo;enqu&ecirc;te NETendances du CEFRIO dresse depuis plus de 17 ans un portrait int&eacute;gr&eacute; et actualis&eacute; des grandes tendances en mati&egrave;re d&rsquo;utilisation d&rsquo;Internet et du num&eacute;rique au Qu&eacute;bec. NETendances 2017 a &eacute;t&eacute; r&eacute;alis&eacute; gr&acirc;ce au soutien financier du </span><a href="https://www.desjardins.com/a-propos/relations-investisseurs/rapports-annuels-trimestriels/mouvement-caisses-desjardins/"><span>Mouvement des caisses Desjardins</span></a><span>, de </span><a href="http://www.videotron.com/residentiel/distinctions"><span>Vid&eacute;otron</span></a><span>, du </span><a href="http://www.mess.gouv.qc.ca/"><span>minist&egrave;re du Travail, de l&rsquo;Emploi et de la Solidarit&eacute; sociale</span></a><span>, sans oublier la collaboration de </span><a href="http://www.bip-sondage.com/"><span>BIP &ndash; Bureau d'intervieweurs professionnels</span></a><span> pour la collecte de donn&eacute;es.</span></p> <h4 dir="ltr"><span>&Agrave; propos du CEFRIO</span></h4> <p dir="ltr"><span>Organisme de recherche et d&rsquo;innovation, le CEFRIO accompagne les entreprises et les organisations dans la transformation de leurs processus et pratiques d'affaires par l&rsquo;appropriation du num&eacute;rique. Membre de </span><a href="http://www.quebecinnove.com/"><span>Qu&eacute;becInnove</span></a><span>, le CEFRIO est mandat&eacute; par le gouvernement du Qu&eacute;bec afin de contribuer &agrave; l'avancement de la soci&eacute;t&eacute; qu&eacute;b&eacute;coise par le num&eacute;rique. Il recherche, exp&eacute;rimente, enqu&ecirc;te et fait conna&icirc;tre les usages des technologies de l'information et des communications dans tous les volets de la soci&eacute;t&eacute;. Son action s'appuie sur une &eacute;quipe exp&eacute;riment&eacute;e, un r&eacute;seau de plus de </span><a href="/chercheurs/"><span>90 chercheurs associ&eacute;s et invit&eacute;s</span></a><span> ainsi que l'engagement de pr&egrave;s de </span><a href="/membres/devenez-membre/"><span>250 membres</span></a><span>. Son principal partenaire financier est le minist&egrave;re de l'&Eacute;conomie, de la Science et de l'Innovation.</span></p> <p style="text-align: center;" dir="ltr"><span>- 30-</span></p> <p dir="ltr"><span>Source :</span><span> CEFRIO | </span><a><span>www.cefrio.qc.ca</span></a></p> <p dir="ltr"><span>Renseignements :</span><span> Guillaume Ducharme | 418 929-0479 | </span><span><a href="mailto:guillaume.ducharme@cefrio.qc.ca">guillaume.ducharme@cefrio.qc.ca</a></span></p> <div>&nbsp;</div> https://cefrio.qc.ca/salle-presse/communiques/croissance-importante-de-la-popularite-des-services-payants-de-visionnement-en-ligne-tels-que-netflix-et-club-illico/ Tue, 03 Oct 2017 07:43:48 -0400 Selon une étude, le tiers des Canadiens font le suivi de leur santé sur des applis pour appareils mobiles <h2>Communiqu&eacute; de presse</h2> <p><strong>Toronto, le 19 septembre 2017</strong> &ndash; Trente-deux pour cent des adultes canadiens consultent des applis sur la sant&eacute; &agrave; l&rsquo;aide de leurs appareils mobiles, mais seulement 28 % de ceux dont la sant&eacute; n&rsquo;est pas tr&egrave;s bonne le font. Par ailleurs, selon une nouvelle &eacute;tude financ&eacute;e par Inforoute Sant&eacute; du Canada (Inforoute) et men&eacute;e en partenariat avec HEC Montr&eacute;al et le CEFRIO, 24 % des Canadiens utilisent des objets connect&eacute;s pour faire le suivi de leur sant&eacute; ou de leur bien &ecirc;tre.<br /><br />&laquo; Les conclusions de cette &eacute;tude r&eacute;v&egrave;lent que les Canadiens peuvent intervenir activement pour maintenir leur bien-&ecirc;tre g&eacute;n&eacute;ral en utilisant des applis pour appareils mobiles et des objets connect&eacute;s comme des montres, des bracelets et d&rsquo;autres accessoires vestimentaires &raquo;, souligne Michael Green, pr&eacute;sident et chef de la direction d&rsquo;Inforoute Sant&eacute; du Canada.<br /><br />Plus particuli&egrave;rement, cette &eacute;tude analysait les r&eacute;sultats d'un sondage national men&eacute; aupr&egrave;s de 4 109 adultes canadiens, qui visait &agrave; mieux comprendre les tendances d&rsquo;utilisation, par les consommateurs, des applications mobiles et des appareils intelligents pour la surveillance de la sant&eacute; et du bien-&ecirc;tre. Il s&rsquo;agit de la premi&egrave;re &eacute;tude comparative de ce genre dans le monde &ndash; et de la plus grande!<br /><br />&laquo; Les r&eacute;sultats de l&rsquo;&eacute;tude intitul&eacute;e Diffusion de la sant&eacute; connect&eacute;e au Canada peuvent servir de point de d&eacute;part pour l&rsquo;&eacute;tablissement d&rsquo;&eacute;tudes sur les applis pour appareils mobiles et les objets connect&eacute;s, explique Guy Par&eacute;, titulaire de la Chaire de recherche en sant&eacute; connect&eacute;e, HEC Montr&eacute;al. Les conclusions de l&rsquo;&eacute;tude peuvent aussi aider la communaut&eacute; des TI sur la sant&eacute; &agrave; mieux comprendre le march&eacute; canadien actuel en vue de d&eacute;terminer les prochaines &eacute;tapes que devra franchir l&rsquo;industrie. &raquo;<br /><br />L&rsquo;&eacute;tude a r&eacute;v&eacute;l&eacute; que les Canadiens qui utilisent leurs applis pour appareils mobiles ou leurs objets <br />connect&eacute;s pour surveiller leur sant&eacute; ou leur bien-&ecirc;tre pr&eacute;sentent en g&eacute;n&eacute;ral les caract&eacute;ristiques suivantes :</p> <ul> <li>Jeunes adultes &acirc;g&eacute;s de 18 &agrave; 30 ans (41 %)</li> <li>Employ&eacute;s (59 %)</li> <li>Dipl&ocirc;m&eacute;s d&rsquo;une universit&eacute; (55 %)</li> <li>Revenu familial annuel de plus de 80 000 $ (46 %)</li> </ul> <p>Ne sont actuellement pas atteints d&rsquo;une affection ou d&rsquo;une maladie chronique (seulement 28 % des Canadiens qui utilisent des applis pour appareils mobiles ou des objets connect&eacute;s pour surveiller leur sant&eacute; ou leur bien &ecirc;tre d&eacute;clarent &ecirc;tre atteints d&rsquo;une affection ou d&rsquo;une maladie chronique particuli&egrave;re).<br /><br />&laquo; Quarante deux pour cent des utilisateurs qui surveillent leur sant&eacute; et leur bien &ecirc;tre &agrave; l&rsquo;aide d&rsquo;un objet connect&eacute; ou d&rsquo;une appli pour appareils mobiles se disent mieux pr&eacute;par&eacute;s pour leurs visites chez le m&eacute;decin. Il est tout &agrave; l&rsquo;avantage du r&eacute;seau de la sant&eacute; de mettre rapidement en place les structures n&eacute;cessaires pour tirer profit des avantages que pr&eacute;sente cette client&egrave;le d&rsquo;utilisateurs connect&eacute;s et inform&eacute;s et, par le fait m&ecirc;me, d&rsquo;am&eacute;liorer la relation entre les m&eacute;decins et leurs patients &raquo;, souligne Jacqueline Dub&eacute;, pr&eacute;sidente directrice g&eacute;n&eacute;rale du CEFRIO.<br /><br />Nancy Huyck, qui vit avec une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), fait partie des 24 % de Canadiens qui se servent des objets connect&eacute;s. Chaque matin, elle utilise de l&rsquo;&eacute;quipement qui mesure et transmet sa tension art&eacute;rielle, son poids et son taux d&rsquo;oxyg&egrave;ne &agrave; son &eacute;quipe soignante; en cas de probl&egrave;me, celle ci peut intervenir rapidement et lui &eacute;viter de devoir se rendre &agrave; l&rsquo;h&ocirc;pital.<br /><br />&laquo; J&rsquo;avais l&rsquo;habitude de me pr&eacute;senter &agrave; l&rsquo;urgence ou d&rsquo;&ecirc;tre admise &agrave; l&rsquo;h&ocirc;pital environ tous les deux mois, pr&eacute;cise t elle. Mais depuis que j&rsquo;ai commenc&eacute; cette t&eacute;l&eacute;surveillance &agrave; domicile au printemps dernier, je n&rsquo;ai pas remis les pieds &agrave; l&rsquo;h&ocirc;pital ni m&ecirc;me dans une clinique sans rendez vous. &raquo;</p> <p><strong>&gt;&gt;&gt; T&eacute;l&eacute;charger le rapport au :&nbsp;<a href="http://cefr.io/ocs" target="_blank" data-saferedirecturl="https://www.google.com/url?hl=fr&amp;q=http://cefr.io/ocs&amp;source=gmail&amp;ust=1505840245224000&amp;usg=AFQjCNGzM7H4oo0In1st_og8-US9oFwjkA">http://cefr.io/ocs<br /></a></strong></p> <h4>&Agrave; propos d&rsquo;Inforoute Sant&eacute; du Canada</h4> <p>Inforoute Sant&eacute; du Canada am&eacute;liore la sant&eacute; des Canadiens en travaillant avec ses partenaires afin d'acc&eacute;l&eacute;rer la cr&eacute;ation, l'adoption et l'utilisation efficace d&rsquo;outils de sant&eacute; num&eacute;riques au Canada. Par ses investissements, elle contribue &agrave; am&eacute;liorer l'acc&egrave;s aux soins, leur qualit&eacute; et l'efficience des services de sant&eacute; pour les patients et les cliniciens. Inforoute est une organisation ind&eacute;pendante, &agrave; but non lucratif, financ&eacute;e par le gouvernement f&eacute;d&eacute;ral.</p> <h4>&Agrave; propos de la Chaire de recherche en sant&eacute; connect&eacute;e</h4> <p>Les travaux de la Chaire de recherche en sant&eacute; connect&eacute;e, &agrave; HEC Montr&eacute;al, visent trois objectifs principaux : mieux comprendre le r&ocirc;le de levier que jouent les technologies de l&rsquo;information dans le d&eacute;veloppement et la mise en place des nouveaux modes d&rsquo;organisation des soins de sant&eacute;; identifier et mesurer les effets cliniques, structurels et financiers associ&eacute;s &agrave; la mise en place de technologies; enfin, &eacute;tudier les principaux enjeux et risques &ndash; humains, organisationnels, politiques ou technologiques &ndash; associ&eacute;s &agrave; cet important virage num&eacute;rique. Les connaissances d&eacute;velopp&eacute;es dans le cadre des divers projets de recherche de la Chaire permettront de r&eacute;ussir la mise en place des technologies n&eacute;cessaires &agrave; la r&eacute;alisation de plusieurs des priorit&eacute;s des r&eacute;formes qu&eacute;b&eacute;coises et canadiennes actuelles, notamment en mati&egrave;re de services &agrave; domicile, de sant&eacute; publique et de r&eacute;seaux de soins int&eacute;gr&eacute;s.</p> <h4>&Agrave; propos du CEFRIO</h4> <p>Le CEFRIO est un organisme de recherche et d&rsquo;innovation qui accompagne les organisations publiques et priv&eacute;es dans la transformation de leurs processus et de leurs pratiques d&rsquo;affaires par l&rsquo;appropriation et l&rsquo;utilisation du num&eacute;rique. Membre de Qu&eacute;becInnove, le CEFRIO est mandat&eacute; par le gouvernement du Qu&eacute;bec afin de contribuer &agrave; l&rsquo;avancement de la soci&eacute;t&eacute; qu&eacute;b&eacute;coise par le num&eacute;rique. Il recherche, exp&eacute;rimente, enqu&ecirc;te et fait conna&icirc;tre les usages du num&eacute;rique dans tous les volets de la soci&eacute;t&eacute;. Son action s&rsquo;appuie sur une &eacute;quipe exp&eacute;riment&eacute;e, un r&eacute;seau de plus de 90 chercheurs associ&eacute;s et invit&eacute;s ainsi que l&rsquo;engagement de pr&egrave;s de 250 membres. Son principal partenaire financier est le minist&egrave;re de l&rsquo;&Eacute;conomie, de la Science et de l&rsquo;Innovation (MESI) du Qu&eacute;bec.</p> <p style="text-align: center;"><strong>-30-</strong></p> <p><br /><strong>Pour en savoir plus :</strong><br />Dan Strasbourg<br />Directeur, Relations avec les m&eacute;dias<br />Inforoute Sant&eacute; du Canada<br />T&eacute;l. : 416-595-3424<br />&Eacute;crivez-nous! <br /> @Infoway</p> <p>Guillaume Ducharme<br />Vice-pr&eacute;sident, communications et affaires corporatives<br />CEFRIO<br />T&eacute;l&eacute;phone : 418-929-0479<br />guillaume.ducharme@cefrio.qc.ca<br /> @CEFRIO</p> https://cefrio.qc.ca/salle-presse/communiques/selon-une-etude-le-tiers-des-canadiens-font-le-suivi-de-leur-sante-sur-des-applis-pour-appareils-mobiles/ Tue, 19 Sep 2017 09:58:23 -0400 Les Québécois sont globalement réticents à partager leurs informations personnelles sur Internet confirme un nouveau volet de l'enquête NETendances <h2 style="text-align: justify;" dir="ltr"><strong>Communiqu&eacute; de presse</strong></h2> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><strong>Qu&eacute;bec, le 6 septembre 2017</strong><span> &ndash; Pour une seconde fois cette ann&eacute;e, l&rsquo;enqu&ecirc;te NETendances pr&eacute;sente une nouvelle th&eacute;matique qui porte cette fois sur </span><span>l&rsquo;empreinte num&eacute;rique des Qu&eacute;b&eacute;cois.</span><span> Celle-ci se d&eacute;finit par l&rsquo;ensemble des traces que nous laissons volontairement ou non dans les serveurs, moteurs de recherche, syst&egrave;mes de sauvegarde, messageries et dans tous les autres services accessibles sur le Web. <strong>Si </strong></span><strong>69 % des internautes qu&eacute;b&eacute;cois ont d&eacute;j&agrave;, dans le pass&eacute;, r&eacute;ussi &agrave; supprimer au moins une fois l&rsquo;historique de navigation</strong><span> et des t&eacute;moins (</span><em>cookies</em><span>) de leur navigateur, ils sont par contre beaucoup moins nombreux &agrave; &ecirc;tre all&eacute;s plus loin pour contr&ocirc;ler leur empreinte num&eacute;rique : seulement 49 % ont d&eacute;j&agrave; chang&eacute; des param&egrave;tres de s&eacute;curit&eacute; de leur outil de navigation, 37 % ont d&eacute;j&agrave; utilis&eacute; le mode priv&eacute; pour aller sur Internet et 30 % ont d&eacute;j&agrave; install&eacute; une extension pour prot&eacute;ger leurs informations personnelles.</span></p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Citation</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>&laquo; </span><strong>La propension &agrave; partager ou non les renseignements personnels varie significativement selon l&rsquo;&acirc;ge des internautes</strong><span><strong>.</strong> Les 18 &agrave; 34 ans (g&eacute;n&eacute;ration Y) sont plus ouverts &agrave; ce sujet, tandis que les 55 ans et plus ont davantage de r&eacute;ticences &agrave; divulguer leurs renseignements personnels &raquo; </span><strong>affirme Claire Bourget, directrice principale de la recherche marketing au CEFRIO</strong><span>. &laquo; On remarque &eacute;galement que</span><span>les r&eacute;pondants moins scolaris&eacute;s affirment se sentir moins aptes &agrave; prot&eacute;ger leurs donn&eacute;es personnelles &raquo; conclut-elle.</span></p> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Les Qu&eacute;b&eacute;cois se disent &laquo; tr&egrave;s ou assez &agrave; l&rsquo;aise &raquo; de partager leurs renseignements personnels sur le Web </span><strong>avec le gouvernement ou les institutions financi&egrave;res dans une proportion de 59 %</strong><span> comparativement &agrave; 33 % en ce qui concerne les d&eacute;taillants, 28 % pour les agences de voyage et loisirs et 25 % pour les fournisseurs de services de divertissement. De plus, les internautes qu&eacute;b&eacute;cois estiment &laquo; tr&egrave;s ou assez s&eacute;curitaires &raquo; la transmission de donn&eacute;es personnelles sur les sites Web des institutions financi&egrave;res (72 %) et des minist&egrave;res ou organismes gouvernementaux (74 %).</span></p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Empreinte num&eacute;rique et commerce en ligne</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>On constate un &eacute;cart important par rapport au niveau de confiance qu&rsquo;accordent les internautes qu&eacute;b&eacute;cois sur la s&eacute;curit&eacute; et la protection des renseignements personnels lorsqu&rsquo;ils consultent les sites des commer&ccedil;ants en ligne. <strong>La </strong></span><strong>moiti&eacute; d&rsquo;entre-eux (53 %) consid&egrave;rent les sites des grands commer&ccedil;ants (Amazon, Canadian Tire, Best Buy, Archambault) comme &eacute;tant &laquo; tr&egrave;s ou assez s&eacute;curitaires &raquo;. Ce taux de confiance s'&eacute;l&egrave;ve &agrave; &nbsp;27 % pour ce qui est des petits commer&ccedil;ants.</strong></p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Des contradictions dans les habitudes de partage sur les r&eacute;seaux sociaux</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><strong>La majorit&eacute; des internautes qu&eacute;b&eacute;cois (73 %) sont craintifs &agrave; l&rsquo;id&eacute;e de transmettre des renseignements personnels</strong><span><strong> (nom, adresse, num&eacute;ro de t&eacute;l&eacute;phone, num&eacute;ro de carte de cr&eacute;dit) sur les r&eacute;seaux sociaux.</strong> En effet, seulement 21 % jugent les r&eacute;seaux sociaux &laquo; tr&egrave;s ou assez s&eacute;curitaires &raquo;. Par contre, cette m&eacute;fiance ne se refl&egrave;te par n&eacute;cessairement dans leurs comportements. Le volet m&eacute;dias sociaux de cette m&ecirc;me enqu&ecirc;te a d&eacute;montr&eacute; en juillet dernier que </span><span>42 % des internautes qu&eacute;b&eacute;cois ont dit avoir &laquo; partag&eacute; &raquo; ou cliqu&eacute; &laquo; j&rsquo;aime &raquo; </span><span>sur la publication d&rsquo;une marque, d&rsquo;un d&eacute;taillant ou d&rsquo;un produit sur les r&eacute;seaux sociaux, permettant ainsi aux entreprises d&rsquo;acc&eacute;der &agrave; une partie de leur identit&eacute;.</span></p> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><strong>Lien connexe :&nbsp;<span style="font-size: 1.4rem;">Les r&eacute;sultats d&eacute;taill&eacute;s, graphiques, tableaux et notes m&eacute;thodologiques peuvent &ecirc;tre consult&eacute;s en ligne : <a href="http://cefr.io/v7n10" target="_self">http://cefr.io/v7n10</a></span></strong></p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>&Agrave; propos de NETendances 2016</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>L&rsquo;enqu&ecirc;te NETendances du CEFRIO dresse depuis plus de 16 ans un portrait int&eacute;gr&eacute; et actualis&eacute; des grandes tendances en mati&egrave;re d&rsquo;utilisation d&rsquo;Internet et du num&eacute;rique au Qu&eacute;bec. NETendances 2016 a &eacute;t&eacute; r&eacute;alis&eacute; gr&acirc;ce au soutien financier du </span><a href="https://www.desjardins.com/a-propos/relations-investisseurs/rapports-annuels-trimestriels/mouvement-caisses-desjardins/"><span>Mouvement des caisses Desjardins</span></a><span>, de </span><a href="http://www.videotron.com/residentiel/distinctions"><span>Vid&eacute;otron</span></a><span>, du </span><a href="http://www.mess.gouv.qc.ca/"><span>minist&egrave;re du Travail, de l&rsquo;Emploi et de la Solidarit&eacute; sociale</span></a><span>, sans oublier la collaboration de </span><a href="http://www.bip-sondage.com/"><span>BIP &ndash; Bureau d'intervieweurs professionnels</span></a><span> pour la collecte de donn&eacute;es.</span></p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>&Agrave; propos du CEFRIO</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Organisme de recherche et d&rsquo;innovation, le CEFRIO accompagne les entreprises et les organisations dans la transformation de leurs processus et pratiques d'affaires par l&rsquo;appropriation du num&eacute;rique. Membre de </span><a href="http://www.quebecinnove.com/"><span>Qu&eacute;becInnove</span></a><span>, le CEFRIO est mandat&eacute; par le gouvernement du Qu&eacute;bec afin de contribuer &agrave; l'avancement de la soci&eacute;t&eacute; qu&eacute;b&eacute;coise par le num&eacute;rique. Il recherche, exp&eacute;rimente, enqu&ecirc;te et fait conna&icirc;tre les usages des technologies de l'information et des communications dans tous les volets de la soci&eacute;t&eacute;. Son action s'appuie sur une &eacute;quipe exp&eacute;riment&eacute;e, un r&eacute;seau de plus de </span><a href="/chercheurs/"><span>90 chercheurs associ&eacute;s et invit&eacute;s</span></a><span> ainsi que l'engagement de pr&egrave;s de </span><a href="/membres/devenez-membre/"><span>250 membres</span></a><span>. Son principal partenaire financier est le minist&egrave;re de l'&Eacute;conomie, de la Science et de l'Innovation.</span></p> <p style="text-align: center;" dir="ltr"><strong>- 30-</strong></p> <p style="text-align: justify;"><span><span>&nbsp;</span></span></p> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Source :</span><span> CEFRIO | </span><a><span>www.cefrio.qc.ca</span></a></p> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Renseignements :</span><span> Guillaume Ducharme | 418 929-0479 | </span><span><a href="mailto:guillaume.ducharme@cefrio.qc.ca">guillaume.ducharme@cefrio.qc.ca</a></span></p> https://cefrio.qc.ca/salle-presse/communiques/les-quebecois-sont-globalement-reticents-a-partager-leurs-informations-personnelles-sur-internet-confirme-un-nouveau-volet-de-l-enquete-netendances/ Wed, 06 Sep 2017 10:44:26 -0400 Les médias sociaux et l’économie de partage au Québec <h2 dir="ltr"><span>Communiqu&eacute; de presse</span></h2> <h4 style="text-align: center;" dir="ltr"><span>Les m&eacute;dias sociaux et l&rsquo;&eacute;conomie de partage au Qu&eacute;bec</span></h4> <h4 style="text-align: center;" dir="ltr"><span>Nouveau volet de l&rsquo;enqu&ecirc;te NETendances du CEFRIO</span></h4> <h4 style="text-align: center;" dir="ltr"><span><span><span>&nbsp;</span></span></span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><strong>Qu&eacute;bec, le 27 juillet 2017</strong><span> &ndash; <strong>Pour la premi&egrave;re fois, l'enqu&ecirc;te NETendances du CEFRIO aborde </strong></span><strong>la th&eacute;matique de l&rsquo;&eacute;conomie de partage au Qu&eacute;bec</strong><span><strong> sur les th&egrave;mes du transport collaboratif, de l&rsquo;h&eacute;bergement et du sociofinancement dans son nouveau fascicule d&eacute;voil&eacute; aujourd'hui</strong>. Au chapitre des services de transport collaboratif, l&rsquo;&eacute;tude r&eacute;v&egrave;le un taux d&rsquo;utilisation encore relativement faible parmi les adultes qu&eacute;b&eacute;cois. On constate ainsi, par exemple, que 6 % des adultes dot&eacute;s d&rsquo;un t&eacute;l&eacute;phone intelligent disent avoir utilis&eacute; Uber au cours de la derni&egrave;re ann&eacute;e, avec une proportion plus &eacute;lev&eacute;e parmi les r&eacute;sidents de Montr&eacute;al (10 %) et les jeunes &acirc;g&eacute;s de 18 &agrave; 24 ans (21 %). Communauto et le service de covoiturage AmigoExpress enregistrent, quant &agrave; eux, un taux d&rsquo;utilisation de 2 % parmi la population adulte qu&eacute;b&eacute;coise.</span><span>Du c&ocirc;t&eacute; de l&rsquo;h&eacute;bergement, l&rsquo;enqu&ecirc;te d&eacute;montre &eacute;galement un faible taux d&rsquo;adoption : 5 % des adultes qu&eacute;b&eacute;cois disent avoir utilis&eacute; Airbnb au cours de la derni&egrave;re ann&eacute;e et seulement 1 % pour Couchsurfing.</span></p> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><a title="M&eacute;dias sociaux et &eacute;conomie de partage en ligne au Qu&eacute;bec" href="/netendances/medias-sociaux-et-economie-de-partage-en-ligne-au-quebec/" target="_self">Les r&eacute;sultats de NETendances</a> r&eacute;v&egrave;lent aussi que 4% des Qu&eacute;b&eacute;cois ont particip&eacute; &agrave; un projet sur une plateforme de sociofinancement comme La Ruche, Kickstarter, Indiegogo. Cependant, cette nouvelle pratique est plus populaire chez les personnes &acirc;g&eacute;es de 25 &agrave; 34 ans et celles dont le revenu familial annuel varie de 80 000 $ &agrave; 100 000 $.</p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Citation</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>&laquo; Si l&rsquo;&eacute;conomie de partage demeure encore une pratique &eacute;mergente parmi l'ensemble de la population qu&eacute;b&eacute;coise, son adoption plus importante chez les plus jeunes adultes et les remous qu'elle cause dans les secteurs de l'h&eacute;bergement, des transports et autres sont ind&eacute;niables. &raquo; </span><strong>affirme Claire Bourget, directrice principale de la recherche marketing au CEFRIO.</strong></p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Usage des m&eacute;dias sociaux au Qu&eacute;bec</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><strong>Comme l&rsquo;ann&eacute;e derni&egrave;re, la majorit&eacute; des adultes qu&eacute;b&eacute;cois (67 %) ont un compte actif </strong><span><strong>sur un ou plusieurs r&eacute;seaux sociaux</strong> comme Facebook, LinkedIn, Twitter ou Snapchat. </span><span>&nbsp;Plus de la moiti&eacute; (55 %) des utilisateurs de m&eacute;dias sociaux disent non seulement consulter du contenu, mais aussi interagir avec d'autres utilisateurs, en hausse de 8 points de pourcentage par rapport aux deux ann&eacute;es pr&eacute;c&eacute;dentes.</span></p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Facebook au sommet et toujours en progression</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Le r&eacute;seau social num&eacute;ro un au monde continue de gagner du terrain aupr&egrave;s des adultes qu&eacute;b&eacute;cois. Facebook affiche un taux de p&eacute;n&eacute;tration de 64 % dans la province comparativement &agrave; 58 % dans l&rsquo;ensemble du Canada. YouTube suit de pr&egrave;s puisqu&rsquo;il est utilis&eacute; par 57 % des adultes de 18 ans et plus.<strong> Il est int&eacute;ressant de constater que ces deux r&eacute;seaux sociaux attirent les internautes &acirc;g&eacute;s jusqu&rsquo;&agrave; 55 ans tandis que Pinterest et LinkedIn sont plus populaires chez les 25 &agrave; 44 ans.&nbsp;Instagram et Snapchat, quant &agrave; eux, attirent principalement les jeunes adultes &acirc;g&eacute;s de 18 &agrave; 24 ans.</strong></span></p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Mobilit&eacute; et r&eacute;seaux sociaux vont de pair</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>La majorit&eacute; des adultes qu&eacute;b&eacute;cois d&eacute;tenteurs d&rsquo;un ou plusieurs appareil(s) mobile(s) (t&eacute;l&eacute;phone intelligent ou tablette num&eacute;rique) &nbsp;se sont connect&eacute;s aux r&eacute;seaux sociaux au cours du dernier mois &agrave; partir de leur(s) appareil(s) mobile(s). Rappelons qu&rsquo;en 2016, 58 % d&eacute;tenaient un t&eacute;l&eacute;phone intelligent et 51 % une tablette num&eacute;rique. Les jeunes adultes de 18 &agrave; 24 ans sont plus nombreux &agrave; se connecter aux r&eacute;seaux sociaux &agrave; partir de leur t&eacute;l&eacute;phone intelligent uniquement (82 %) tandis que ceux de 25 &agrave; 44 ans utilisent leur t&eacute;l&eacute;phone intelligent et leur tablette num&eacute;rique dans une proportion de 35 %.</span></p> <h4>Utilisation des r&eacute;seaux sociaux dans le processus de magasinage</h4> <p>Plus du quart des adultes qu&eacute;b&eacute;cois (27 %) disent avoir consult&eacute; des r&eacute;seaux sociaux tels que Pinterest ou Facebook pr&eacute;alablement &agrave; l&rsquo;achat d&rsquo;un produit ou d&rsquo;un service au cours de la derni&egrave;re ann&eacute;e. Environ 1 adulte sur 4 (24 %) dit avoir &eacute;cout&eacute; des conseils vid&eacute;o sur YouTube avant de r&eacute;aliser un achat de produit ou service. Les r&eacute;seaux sociaux sont &eacute;galement fort utilis&eacute;s pour faire des recherches sur une marque, un d&eacute;taillant ou un produit, et bien s&ucirc;r, pour partager ou aimer une publication commerciale. Toutefois, et comme dans l&rsquo;ensemble du Canada, une minorit&eacute; d&rsquo;adultes va jusqu&rsquo;&agrave; acheter directement sur les r&eacute;seaux sociaux (6 %).</p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>Lien connexe :</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><a title="M&eacute;dias sociaux et &eacute;conomie de partage en ligne au Qu&eacute;bec" href="/netendances/medias-sociaux-et-economie-de-partage-en-ligne-au-quebec/" target="_self">Les r&eacute;sultats d&eacute;taill&eacute;s, graphiques, tableaux et notes m&eacute;thodologiques peuvent &ecirc;tre consult&eacute;s en ligne</a>.<a href="http://cefr.io/v7n9"><span><br class="kix-line-break" /></span></a></p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>&Agrave; propos de NETendances 2016</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>L&rsquo;enqu&ecirc;te NETendances du CEFRIO dresse depuis plus de 16 ans un portrait int&eacute;gr&eacute; et actualis&eacute; des grandes tendances en mati&egrave;re d&rsquo;utilisation d&rsquo;Internet et du num&eacute;rique au Qu&eacute;bec. NETendances 2016 a &eacute;t&eacute; r&eacute;alis&eacute; gr&acirc;ce au soutien financier du </span><a href="https://www.desjardins.com/a-propos/relations-investisseurs/rapports-annuels-trimestriels/mouvement-caisses-desjardins/"><span>Mouvement des caisses Desjardins</span></a><span>, de </span><a href="http://www.videotron.com/residentiel/distinctions"><span>Vid&eacute;otron</span></a><span>, du </span><a href="http://www.mess.gouv.qc.ca/"><span>minist&egrave;re du Travail, de l&rsquo;Emploi et de la Solidarit&eacute; sociale</span></a><span>, sans oublier la collaboration de </span><a href="http://www.bip-sondage.com/"><span>BIP &ndash; Bureau d'intervieweurs professionnels</span></a><span> pour la collecte de donn&eacute;es.</span></p> <h4 style="text-align: justify;" dir="ltr"><span>&Agrave; propos du CEFRIO</span></h4> <p style="text-align: justify;" dir="ltr">Organisme de recherche et d&rsquo;innovation, le CEFRIO accompagne les entreprises et les organisations dans la transformation de leurs processus et pratiques d'affaires par l&rsquo;appropriation du num&eacute;rique. Membre de <a href="http://www.quebecinnove.com/"><span>Qu&eacute;becInnove</span></a>, le CEFRIO est mandat&eacute; par le gouvernement du Qu&eacute;bec afin de contribuer &agrave; l'avancement de la soci&eacute;t&eacute; qu&eacute;b&eacute;coise par le num&eacute;rique. Il recherche, exp&eacute;rimente, enqu&ecirc;te et fait conna&icirc;tre les usages des technologies de l'information et des communications dans tous les volets de la soci&eacute;t&eacute;. Son action s'appuie sur une &eacute;quipe exp&eacute;riment&eacute;e, un r&eacute;seau de plus de 90 chercheurs associ&eacute;s et invit&eacute;s ainsi que l'engagement de pr&egrave;s de 250 membres. Son principal partenaire financier est le <a title="MESI" href="/admin/site/report/edit/economie.gouv.qc.ca" target="_blank">minist&egrave;re de l'&Eacute;conomie, de la Science et de l'Innovation</a>.</p> <p style="text-align: center;" dir="ltr"><span>- 30-</span></p> <p dir="ltr"><span>Source :</span><span> CEFRIO | </span><a><span>www.cefrio.qc.ca</span></a></p> <p dir="ltr"><span>Renseignements :</span><span> Guillaume Ducharme | 418 929-0479 | </span><span><a href="mailto:guillaume.ducharme@cefrio.qc.ca">guillaume.ducharme@cefrio.qc.ca</a></span><span style="color: #d31f45; font-family: ProximaNovaRgBold, Helvetica, sans-serif; font-size: 1.4rem; text-align: center;">&nbsp;</span></p> https://cefrio.qc.ca/salle-presse/communiques/les-medias-sociaux-et-l-economie-de-partage-au-quebec/ Fri, 28 Jul 2017 14:50:57 -0400 Une nouvelle publication dresse le portrait de l’utilisation des technologies numériques en économie sociale et présente des pratiques innovantes d’entreprises d’ici <h2><strong>Communiqu&eacute; de presse &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp;</strong></h2> <h4 align="center"><strong>Une nouvelle publication dresse le portrait de l&rsquo;utilisation des technologies num&eacute;riques en &eacute;conomie sociale et pr&eacute;sente des pratiques innovantes d&rsquo;entreprises d&rsquo;ici</strong></h4> <p><strong>&nbsp;</strong></p> <p><strong>Qu&eacute;bec, le 13 juillet 2017</strong> - Dans le cadre de la deuxi&egrave;me phase du programme PME 2.0, le CEFRIO publie aujourd&rsquo;hui le rapport <strong>&laquo; &Eacute;conomie sociale 2.0 : Cap vers le num&eacute;rique -&nbsp; Portrait de l&rsquo;utilisation des technologies num&eacute;riques dans les entreprises d&rsquo;&eacute;conomie sociale au Qu&eacute;bec &raquo;</strong> r&eacute;alis&eacute; pour le compte du <a href="https://www.economie.gouv.qc.ca/accueil/?no_cache=1">minist&egrave;re de l&rsquo;&Eacute;conomie, de la Science et de l&rsquo;Innovation (MESI)</a>.</p> <p>Tout comme les autres PME du Qu&eacute;bec, les entreprises d&rsquo;&eacute;conomie sociale &eacute;voluent dans un environnement changeant o&ugrave; les d&eacute;fis sont importants : arriv&eacute;e de nouveaux comp&eacute;titeurs, attentes grandissantes de la client&egrave;le concernant la qualit&eacute; des services, difficult&eacute;s de recrutement et de r&eacute;tention des ressources humaines, croissance des entreprises exigeant la r&eacute;vision des pratiques de gestion, etc. Or, le num&eacute;rique est sans aucun doute un levier incontournable pour aider ces entreprises &agrave; relever ces nombreux d&eacute;fis qui exigent des transformations organisationnelles, tant dans les processus internes que dans les pratiques professionnelles. L&rsquo;usage du num&eacute;rique offre &eacute;galement un potentiel int&eacute;ressant pour soutenir les activit&eacute;s distinctives de l&rsquo;&eacute;conomie sociale, telles que la gouvernance d&eacute;mocratique et la mobilisation des communaut&eacute;s.</p> <p>&laquo;&nbsp;Le Qu&eacute;bec compte quelque 7&nbsp;000&nbsp;entreprises d&rsquo;&eacute;conomie sociale, qui emploient environ 210&nbsp;000 personnes et g&eacute;n&egrave;rent des revenus annuels de plus de 38&nbsp;milliards de dollars, uniquement pour les coop&eacute;ratives et les mutuelles. Elles jouent donc un r&ocirc;le cl&eacute; dans l&rsquo;essor de l&rsquo;&eacute;conomie qu&eacute;b&eacute;coise. &Agrave; ce titre, elles doivent exploiter davantage les technologies num&eacute;riques, qui sont de puissants moteurs de croissance et d&rsquo;innovation. Ce portrait nous donne l&rsquo;occasion de cerner les enjeux qui touchent les entreprises d&rsquo;&eacute;conomie sociale relativement au virage num&eacute;rique et ouvre la voie &agrave; l&rsquo;adoption de meilleures pratiques d&rsquo;affaires &agrave; ce chapitre. Le gouvernement du Qu&eacute;bec est fier d&rsquo;avoir collabor&eacute; &agrave; cette initiative phare de la mesure PME&nbsp;2.0&nbsp;&raquo;, <strong>a soulign&eacute; la ministre de l&rsquo;&Eacute;conomie, de la Science et de l&rsquo;Innovation et ministre responsable de la Strat&eacute;gie num&eacute;rique, Dominique Anglade.</strong></p> <p>&laquo; Ce portrait met en lumi&egrave;re les usages num&eacute;riques des entreprises d&rsquo;&eacute;conomie sociale autant dans leurs pratiques de gestion que pour bonifier la qualit&eacute; des services qu&rsquo;elle rendent &agrave; leurs membres et &agrave; leur client&egrave;le. Ces pratiques contribuent &agrave; leur croissance et leur performance en plus de leur permettre de d&eacute;velopper de nouveaux moyens pour rencontrer la mission sociale qu&rsquo;elles poursuivent &raquo; <strong>a affirm&eacute; Jacqueline Dub&eacute;, pr&eacute;sidente-directrice g&eacute;n&eacute;rale du CEFRIO</strong>.</p> <p>Ce rapport, pr&eacute;sent&eacute; en trois chapitres, le portrait statistique d&rsquo;utilisation du num&eacute;rique par les entreprises collectives gr&acirc;ce &agrave; <strong>une enqu&ecirc;te quantitative men&eacute;e aupr&egrave;s de 400 coop&eacute;ratives et organismes &agrave; buts non lucratifs (OBNL) de l&rsquo;&eacute;conomie sociale</strong>. On constate que bon nombre d&rsquo;entre elles font un usage de plus en plus r&eacute;pandu de pratiques num&eacute;riques, comme par exemple l&rsquo;utilisation des r&eacute;seaux sociaux. Par contre, elles demeurent plus timides en ce qui concerne l&rsquo;appropriation de pratiques plus complexes de gestion, comme le traitement organis&eacute; des donn&eacute;es, l'intelligence d'affaires et les pratiques collaboratives.</p> <p>Le second chapitre pr&eacute;sente un aper&ccedil;u des usages porteurs du num&eacute;rique qui pourraient r&eacute;pondre sp&eacute;cifiquement aux caract&eacute;ristiques qui distinguent les entreprises d&rsquo;&eacute;conomie sociale des autres entreprises. On y d&eacute;couvre &eacute;galement 13 &eacute;tudes de cas inspirantes d&rsquo;entreprises d&rsquo;&eacute;conomie sociale qu&eacute;b&eacute;coises qui ont amorc&eacute; une transformation &agrave; l&rsquo;aide du num&eacute;rique. Pour chaque &eacute;tude de cas, on y dresse le profil de l&rsquo;entreprise, la description du projet num&eacute;rique ainsi que les r&eacute;sultats et les le&ccedil;ons apprises de leur virage. Finalement, le dernier chapitre porte sur le programme PME 2.0 et sur les bonnes pratiques &agrave; mettre en &oelig;uvre lors de l&rsquo;&eacute;laboration d&rsquo;un projet num&eacute;rique, telles que la planification strat&eacute;gique des investissements en technologie ou l&rsquo;importance de l&rsquo;appropriation afin de bien anticiper les impacts sur les ressources humaines.</p> <p>Le document &laquo; &Eacute;conomie sociale 2.0 : Cap vers le num&eacute;rique - Portrait de l&rsquo;utilisation des technologies num&eacute;riques dans les entreprises d&rsquo;&eacute;conomie sociale au Qu&eacute;bec &raquo; peut &ecirc;tre consult&eacute; et t&eacute;l&eacute;charg&eacute; au : <a href="http://cefr.io/es20" target="_blank">http://cefr.io/es20</a></p> <p>Ce portrait a &eacute;t&eacute; produit gr&acirc;ce &agrave; la collaboration de nombreux partenaires : <a href="https://www.economie.gouv.qc.ca/accueil/?no_cache=1">le minist&egrave;re de l&rsquo;&Eacute;conomie, de la Science et de l&rsquo;Innovation</a>, principal partenaire financier du programme PME 2.0, le <a href="http://www.chantier.qc.ca/">Chantier de l&rsquo;&eacute;conomie sociale</a>,&nbsp; le <a href="http://economiesocialequebec.ca/?module=directory&amp;uid=5012&amp;subject=124">Conseil qu&eacute;b&eacute;cois de la coop&eacute;rative et de la mutualit&eacute;</a> (CQCM), le <a href="http://www.csmoesac.qc.ca/">Comit&eacute; sectoriel de main-d&rsquo;oeuvre de l&rsquo;&eacute;conomie sociale et de l&rsquo;action communautaire</a> (CSMO-&Eacute;SAC) les P<a href="http://www.chantier.qc.ca/?module=document&amp;uid=872">&ocirc;les r&eacute;gionaux d&rsquo;&eacute;conomie sociale</a>, la <a href="http://cdrq.coop/">Coop&eacute;rative de d&eacute;veloppement r&eacute;gional du Qu&eacute;bec</a> (CDRQ) et <a href="http://www.tiess.ca/">Territoires innovants en &eacute;conomie sociale </a>(TIESS). Le CEFRIO tient aussi &agrave; remercier les 13 entreprises d&rsquo;&eacute;conomie sociale qui ont particip&eacute; &agrave; ce portrait de m&ecirc;me que tous les acteurs de ce milieu.</p> <p><strong>&Agrave; propos du CEFRIO<br /><br /></strong><span style="font-size: 1.4rem;">Organisme de recherche et d&rsquo;innovation, le CEFRIO accompagne les entreprises et les organisations dans la transformation de leurs processus et pratiques d'affaires par l&rsquo;appropriation du num&eacute;rique. Membre de </span><a style="font-size: 1.4rem;" href="https://www.quebecinnove.com/">Qu&eacute;becInnove</a><span style="font-size: 1.4rem;">, le CEFRIO est mandat&eacute; par le gouvernement du Qu&eacute;bec afin de contribuer &agrave; l'avancement de la soci&eacute;t&eacute; qu&eacute;b&eacute;coise par le num&eacute;rique. Il recherche, exp&eacute;rimente, enqu&ecirc;te et fait conna&icirc;tre les usages des technologies de l'information et des communications dans tous les volets de la soci&eacute;t&eacute;. Son action s'appuie sur une &eacute;quipe exp&eacute;riment&eacute;e, un r&eacute;seau de plus de </span><a style="font-size: 1.4rem;" href="/chercheurs/">90 chercheurs associ&eacute;s et invit&eacute;s</a><span style="font-size: 1.4rem;"> ainsi que l'engagement de </span><a style="font-size: 1.4rem;" href="/membres/devenez-membre/">pr&egrave;s de 250 membres</a><span style="font-size: 1.4rem;">. Son principal partenaire financier est le </span><a style="font-size: 1.4rem;" href="https://www.economie.gouv.qc.ca/accueil/?no_cache=1">minist&egrave;re de l'&Eacute;conomie, de la Science et de l'Innovation.</a></p> <p align="center"><strong>- 30 -</strong></p> <p>Source : CEFRIO | www.cefrio.qc.ca</p> <p>Renseignements : Annie Lavoie | 418&nbsp;523-3746 poste 235 | <a href="file:///C:/Users/alavoie/Downloads/annie.lavoie@cefrio.qc.ca">annie.lavoie@cefrio.qc.ca</a></p> <p>&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> https://cefrio.qc.ca/salle-presse/communiques/une-nouvelle-publication-dresse-le-portrait-de-l-utilisation-des-technologies-numeriques-en-economie-sociale-et-presente-des-pratiques-innovantes-d-entreprises-d-ici/ Thu, 13 Jul 2017 08:51:30 -0400